RVELATIONS

L’argent Colloïdal un antibiotique universel interdit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L’argent Colloïdal un antibiotique universel interdit

Message  OYABIO le Mar 26 Nov - 11:08

Source : http://actuwiki.fr/2/39319/

L’Argent est un puissant prophylactique et antibiotique naturel. Ses divers usages, de façon générale à titre d’antimicrobien bénéficient d’une longue antériorité historique et sont rapportés dans les pratiques de nombreuses peuplades. La nanoparticule d’argent, elle, n’est pas une création de l’homme mais un oligo-élément absolument naturel. L’argent colloïdal est actif contre plus de 650 sortes de bactéries, germes, virus, fungi ou parasites. Il est propre à la consommation chez l’homme, l’animal et les plantes.

L’antibiotique d’avant… les antibiotiques

L’argent colloïdal fut utilisé par les médecins de manière intensive pendant près d’un demi-siècle jusqu’au début des années 40. Tombé dans les oubliettes de l’histoire après l’invention des antibiotiques de synthèse, il fait un retour en force depuis que ces derniers semblent en passe de perdre la guerre contre l’infection.

Son action «magique» s’accompagne de solides preuves scientifiques, si bien que des médecins ont pu déclarer :
«L’argent est notre meilleure arme contre les microbes» – Dr Harry Margraf, (Washington University, St Louis).
«L’argent tue même les souches résistances aux antibiotiques et stimule la cicatrisation de la peau.»- Dr Robert Becker, (Syracuse University, New York).
La majorité des antibiotiques, sur prescription médicale, ne tue qu’une partie des agents causant des maladies, alors que l’argent colloïdal est efficace contre environ 650 maladies (travaux du Dr. Henri Crooks).
Les utilisations médicales de l’argent dans l’histoire

Les propriétés germicides et bactéricides de l’Argent-métal sont connues depuis l’Antiquité. Grecs, Perses et Romains l’utilisaient dans la vie domestique couramment. Ils employaient des récipients en argent pour stocker divers liquides (eau, vin, etc.) destinés aux souverains et à l’aristocratie. Ces liquides conservaient ainsi leur fraîcheur et leurs qualités plus longtemps que dans d’autres récipients.

L’argent servait aussi à fabriquer des ustensiles de table et de cuisine, une tradition qui s’est perpétuée jusqu’à nos jours. Pourquoi ne pas avoir choisi un autre métal, moins onéreux : nos ancêtres avaient compris qu’ingérer ainsi régulièrement d’infimes particules d’argent contribuait à renforcer l’immunité vis-à-vis de certaines maladies.

Bien sûr cette pratique n’était fondée que sur des connaissances empiriques :

C’est certainement la tradition du thé britannique, de l’eau bouillie servie dans des théières d’argent, qui a permis à la Grande Bretagne de survivre aux terribles miasmes de ses colonies, tant en Inde, qu’à Hong Kong et partout ailleurs.

Il était courant de placer des pièces d’argent au fond des récipients contenant du lait ou des aliments pour en préserver la fraîcheur, une méthode adoptée au 19ème siècle par les pionniers américains.

Très récemment encore, dans la deuxième partie du 20ème siècle, lorsque les pharmaciens préparaient des potions ou des onguents dans les arrière-boutiques, ils mettaient au fond du pot une feuille d’argent.
Albert Schweitzer, la Nasa ou les hôpitaux américains sont-ils des empoisonneurs ?

Le bien fondé de ces pratiques populaires a été démontré par les recherches modernes. On a pu déterminer que l’Argent métallique se dissout dans l’eau à un taux d’environ 10 parties par milliard, soit 10 microgrammes par litre, et que cette dose pourtant extrêmement faible (0,01 ppm) tue les colibacilles et les salmonelles. C’est le principe même de l’Argent Colloïdal.

En 1928, renouant avec la tradition, GA. Krause eut l’idée de placer un revêtement d’argent dans les systèmes de filtration à usage domestique.
En 1929, le Dr Albert Schweitzer, rapporta que tous les pathogènes se trouvaient éliminés quand l’eau était traitée avec des particules d’argent porteuses d’une charge électrique. Le terme argent colloïdal n’était pas encore en usage. Il démontra également que ce traitement n’était pas nocif vis à vis des micro-organismes bénéfiques.
Aujourd’hui, les meilleurs filtres à eau emploient l’argent pour éviter la contamination des bougies filtrantes et de nombreuses compagnies aériennes utilisent ce filtre à bord de leurs avions.
La NASA a choisi un système de traitement de l’eau à base de colloïdes d’argent pour ses navettes spatiales. Les Russes utilisent également l’argent colloïdal pour stériliser l’eau à bord des navettes spatiales.
Aux Etats Unis, certaines villes ont choisi l’argent pour le traitement des eaux usées et des piscines. Au Nébraska, on a démontré l’efficacité de l’argent colloïdal en décontaminant un bassin volontairement pollué par le colibacille. Passant dans des filtres équipés d’électrodes d’Argent, cette eau a été totalement purifiée en l’espace de 3 heures.
Des études ont révélé que les réseaux internes de distribution d’eau dans les hôpitaux étaient les principaux responsables de la « maladie du légionnaire », une espèce de pneumonie, acquise à l’hôpital. La plupart des grands hôpitaux américains ont installé des systèmes d’ionisation argent/cuivre, qui ont permis d’éradiquer la « legionella pneumophilia » de leurs réseaux d’eau chaude. Ces systèmes sont bien sûr parfaitement homologués par les autorités concernées.
L’argent colloïdal, alternative aux antibiotiques

L’argent dans son application antibiotique et désinfectante a été délaissé suite à la mode des antibiotiques. Mais l’utilisation systématique de ces antibiotiques a entraîné l’apparition de nouvelles souches de bactéries résistantes.

Faut-il rappeler que :

Des souches de staphylocoques dorés résistants à la méthicilline et à d’autres antibiotiques sont endémiques dans les hôpitaux.
On constate l’apparition d’entérocoques résistant à la vancomycine ; ces bactéries infectent les blessures, les voies urinaires et d’autres sites.
Actuellement, environ 30 % des isolats de streptocoques pneumoniques sont résistants à la pénicilline, le médicament essentiellement utilisé pour traiter cette infection.
Plus de 30 % des isolats de blennorragie sont résistants à la pénicilline ou à latétracycline, ou aux deux.
La résistance à la chloroquine (médicament employé dans le traitement du paludisme) est apparue dans la plupart des régions du monde.
Des souches de bacilles tuberculeux résistantes à un grand nombre de médicaments sont apparues au cours de la décennie écoulée.
Dans les pays en développement où apparaissent des souches résistantes de bactéries extrêmement pathogènes, comme Shigella dysenteria, Campylobacter, E coli. Dernièrement, Salmonella typhimurium, résistant à l’ampicilline, à la streptomycine, à la tétracycline, au sulfa et au chloramphénicol, a provoqué des maladies en Europe, au Canada et aux États-Unis.
Des études récentes ont rapporté la résistance d’espèces Candida au fluconazole, un médicament largement employé pour traiter les maladies fongiques systémiques.
Grâce à son effet naturel antimicrobien, l’argent doit reprendre aujourd’hui la place qui lui revient.

C’est sous forme colloïdale que l’argent s’avère le plus efficace, le mieux assimilable et sans toxicité.

Les colloïdes sont ces particules extrêmement fines* qui ne se déposent pas dans les tissus et restent en suspension pour une disponibilité immédiate aux cellules. Les liquides circulants les plus importants (sang et lymphe) sont eux-mêmes de nature colloïdale. Une observation a montré que des microorganismes pathogènes qui s’étaient immunisés contre les antibiotiques, s’engourdissent après l’administration d’argent colloïdal.

L’élaboration de solutions colloïdales relève de l’emploi d’une haute technologie, et est contrôlée par la microscopie électronique, la méthode GDMS (Glow Density Mass Spectrometry), ainsi que l’absorption atomique. Ces solutions ne doivent présenter aucun trouble. Les particules doivent être invisibles et aucun dépôt ne doit apparaître. La charge électrique négative des particules fait que ces particules restent en suspension dans l’eau et ne nécessitent pas de stabilisateurs, pas de protéines et pas de conservateurs.
Une fois dans l’organisme, ces particules sont attirées d’une façon électromagnétique par les zones malades, traversent les membranes cellulaires et agissent comme catalyseurs en inhibant les enzymes destructrices.

* L’argent colloïdal est une solution de particules d’argent dont la finesse est entre 1 et 9 nm (nanomètre) de diamètre (1.000 nm = 1 micron), dans une eau distillée reconduite à une résistivité proche de 25 mS (micro Siemens).
Comment l’argent agit-il ?

En référence aux communications scientifiques médicales, l’argent colloïdal peut se rapprocher de l’action d’un antibiotique à large spectre. Sa présence initie une enzyme, laquelle agit localement envers chaque bactérie, chaque unicellulaire, chaque champignon et chaque virus par modification de leur équilibre acido-basique, et y installe une résistance externe. Par là, ces organismes deviennent inactivés dans un temps de contact d’environ 6 minutes, parfois moins. Ils régressent dans leur cyclogénie, puis meurent. Cela a été vérifié par le laboratoire de UCLA (Université d’Etat de Californie) et par les travaux du Dr. Robert O’Becker, Centre Médical Universitaire de Syracuse (NY, USA).

Les microbes polymorphes, ainsi que les mutants, sont également sensibles à ce colloïde. La majorité des antibiotiques, sur prescription médicale, ne tue qu’une partie des agents causant des maladies, alors que l’argent colloïdal est efficace contre environ 650 maladies (travaux du Dr. Henri Crooks).
Et sur quelles maladies agit-il ?

La liste des maladies pouvant être traitées avec l’argent colloïdal est tellement longue… que je préfère la résumer pour ne pas vous lasser.

En gros, l’argent colloïdal permet de traiter toutes les inflammations (affections qui se terminent en « ite »), les problèmes de peau, les plaies, les mycoses de tous types, toutes les infections bactériennes ou microbiennes, c’est enfin un étonnant remède préventif contre toutes les pathologies de l’hiver.
Comment utiliser l’argent colloïdal ?

En usage externe

Appliquer directement sur les plaies ou abrasions de la peau, contre l’eczémas, brûlures, piqûres de moustiques l’acné, les verrues, les mycoses et les plaies ouvertes
En vaporisations, pour le nez et la gorge.
En inhalations, pour les problèmes pulmonaires.
En lavements intestinaux ou vaginaux : ajouter 2 cuillères à café dans l’eau de lavement.
En gargarismes dans les maladies septiques de la bouche (pyorrhées, amygdalites, aphtes), et contre toutes les inflammations de la cavité buccale.
Yeux : 1 goutte dans chaque œil, plusieurs fois par jour contre les états inflammatoires et irritatifs (conjonctivites). Les lentilles de contact ne sont pas un obstacle.
Oreilles : quelques gouttes dans les oreilles.
Sinus infectés : vaporisation ou gouttes dans le nez.
Purifier l’eau de boisson : mettre 1 cuillère à café d’argent colloïdal par litre d’eau et attendre 10mn avant de la boire.
Animaux : quelques gouttes sur les zones atteintes (parasites).
Plantes : en vaporisation pour combattre les attaques de bactéries, virus et champignons, et à ajouter en plus à l’eau d’arrosage (1 cuillère à soupe pour 250 ml d’eau).

En usage interne

Il faut rappeler ici que l’emploi de l’argent colloïdal en usage interne est interdit en France.

En efet, faute de données suffisantes sur cet apport minéral, l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) n’a pu se prononcer sur ce type de complément et cette forme d’apport n’a donc pas été reprise dans les annexes du règlement (CE) 1170/2009. Dès lors, les compléments alimentaires en contenant ne peuvent plus être commercialisés sur le territoire de l’Union Européenne.

Toutefois, l’argent colloïdal a été médicalement testé avec succès aux USA. D’après la très sévère FDA ( Food and Drug Administration), l’argent colloïdal peut être commercialisé et utilisé pour combattre des micro-organismes. Des millions de personnes à travers le monde se soignent avec l’argent colloïdal et témoignent des bienfaits de ce produit.
Bien que commercialisé sous forme de produit cosmétique, rien n’empêche les citoyens de consommer l’argent colloïdal comme ils l’entendent. Et s’ils voulaient le faire par voie interne, malgré l’interdicion, il faudrait alors respecter cette posologie :

Adultes : 1 cuillère à soupe (1 cuillère = 5ml) 3 à 4 fois par jour, garder quelques minutes en bouche avant d’avaler.
Enfants : 1⁄2 cuillère à café à 1 cuil à café selon l’âge, 3 à 4 fois par jour.
Comment choisir son argent colloïdal ?

La littérature médicale s’est concentrée sur des concentrations d’argent colloïdal de l’ordre de 5 mg/l avec lequel aucun effet indésirable n’a été relaté à ce jour. Aucune intolérance en liaison avec un traitement médical n’a été observée.
La cure peut être prise conjointement à un traitement antibiotique ou anti-inflammatoire.
Comme l’argent colloïdal ne s’accumule pas dans l’organisme, aucun dépôt n’est formé sous la peau et les téguments ne laissent apparaître aucune trace grisâtre.

La plupart des fabricants proposent différentes formes de concentration. En général, elles varient de 6 mg/l à 30 mg/l. La concentration la plus faible semble parfaitement convenir aux problèmes de peau. Mais la plupart des thérapeutes prescrivent une concentration à 15 mg/l et il est préférable d’éviter les concentrations supérieures à 30 mg/l .

Un argent colloïdal de qualité se reconnaît à sa couleur ou à son absence de couleur : la solution peut être très légèrement dorée, mais pas brune. Cette solution insipide et inodore peut être employée chez la femme enceinte ou allaitante.

Lorsque vous goûtez le produit obtenu, il doit avoir un léger goût métallique.

Pour une bonne conservation de plusieurs mois, il convient de mettre les flacons à l’abri de la lumière et de conserver la solution dans une bouteille en verre.
Efficace aussi pour vous débarrasser du mercure

Il est bien connu que l’argent et le mercure ont une grande affinité ; d’ailleurs, les amalgames dentaires classiques (plombages) sont composés d’alliages contenant entre autres du mercure et de l’argent. Or, l’on a pu constater récemment que cette affinité crée un tropisme réciproque au niveau cellulaire; ce qui fait que l’argent sous forme colloïdale se comporte comme un excellent chélateur du mercure.

La preuve est que l’on retrouve du mercure dans les urines des personnes mercurisées qui prennent cet argent colloïdal. Voila donc en plus des multiples applications connues surtout anti-infectieuses de l’argent colloïdal, un volet inattendu bien utile pour beaucoup d’entre nous.

*************************************************
Utilisations médicales
Les colloïdes d’argent peuvent être introduits dans le corps de diverses manières : ingestion, gargarismes, inhalation ou nébulisation, application locale. Certains thérapeuthes préconisent également les utiliser en lavements et douches vaginales.

Ingestion
L’argent colloïdal se prend en général à jeun ou en dehors des repas. Toutefois si on le prend pendant un repas, il favorisera la digestion en prévenant les mauvaises fermentations. Si on conserve la solution quelques minutes dans la bouche (absorbtion sublinguale), l’argent colloidal passe plus rapidement dans le sang.

Gargarisme
L’argent colloïdal peut se prendre en long gargarisme en cas de début d’angine. Si le mal perdurait, consultez votre médecin traitant.

Bains de bouche
L’Argent colloïdal peut être utilisé en bains de bouche, pour guérir des aphtes et autres lésions de la muqueuse buchale ou de la langue, mais également comme antiseptique pour lutter contre les bactéries liées à la plaque dentaire.

Inhalation et nébulisation
Un nébulisateur permet d’inhaler un fin brouillard d’argent colloïdal ; ces minuscules gouttelettes atteignent les alvéoles pulmonaires où elles inhiberont par contact les organismes pathogènes qui infectent les poumons.

Application locale
L’argent colloïdal exerce une action anti-inflammatoire et immuno-suppressive. Il est très efficace sur les brûlures et les dermatites résultat d’un contact avec des substances vénéneuses, comme la sève de certaines plantes et les sécrétions de certains insectes (abeilles, araignées, fourmis).

Pansements
Quand une bande de gaze est imprégnée d’argent colloïdal et séchée à l’air, les particules d’argent sont absorbées dans les fibres absorbantes du pansement. Les fibres non absorbantes se revêtent d’une fine pellicule d’argent métallique. De tels pansements combattront l’infection et accélèreront la cicatrisation (brûlures, écorchures, coupures). Les pansements peuvent aussi être appliqués humides. Ceci permettra de tuer les bactéries d’une plaie ouverte et évitera l’infection.


*************************************************
Effets indésirables

L’Argyrisme est l’effet indésirable le plus souvent cité quand ont parle de traitement a base d’argent mais aucune preuve ou témoignage n’ont été répertoriés avec un argent électro-colloïdal bien préparé. En effet, les quelques cas connus sont la conséquence d’utilisation de sels d’argent en trop grande quantité, et non d’argent colloïdal. De plus, ce sel d’argent est souvent réalisé avec des appareils domestiques bricolés, et l’eau utilisée est également de mauvaise qualité. Les utilisateurs d’argent électro colloïdal pur ne sont donc pas concernés. Voici d’ailleurs ce que dit Alexander Schauss à propos de l’argyrie : La quantité d’argent estimée pour déclencher l’argyrie est de 3,8 g par jour (soit la quantité contenue dans 380 litres d’une solution d’argent colloïdal à 10 ppm !).

Étude détaillée de l’Argyrie

Tout d’abord, il faut savoir qu’il a été démontré que l’argent colloïdal ou plutôt sous forme életrocolloïdale est tellement fin qu’il ne s’accumule pas et s’élimine rapidement des organismes, (entre 2 et 6 heures selon les avis).

Il faut également retenir que 1PPM représente 1 milligramme d’argent contenu dans 1 litre d’eau (1000 ml) (1.000.000 mg). 1 milligramme (mg) = 0,000 001 kg . Soit 1 ppm = 1mg = 0,0001g par litre. La dose absorbée pour 1L de solution à 15 ppm représente donc 0,0015g.

Une fois cela dit nous pouvons mieux comprendre les faits suivants :
Les effets néfastes chez l’homme dû à l’ingestion d’argent est une maladie appelée «argyrie», pathologie bénigne mais permanente, qui se traduit par une coloration gris-bleue de la peau. L’argyrie est le résultat du dépôt de l’argent dans le derme et aussi de la production induite par l’argent de la mélanine.

Bien que l’argent a été démontré de façon uniforme déposé dans les zones exposées et non exposées, l’augmentation de la pigmentation devient plus prononcée dans les zones exposées au soleil en raison de la réduction photoactive du métal.

Bien que le dépôt d’argent est permanent, il n’est pas associé à des effets néfastes sur la santé.

Aucune pathologie ou réaction inflammatoire n’a été rapportée à la suite d’un dépôt d’argent.
Les composés d’argent ont été utilisés à des fins médicales depuis des siècles.

Il est largement considéré que, pendant le Moyen Age, la classe supérieure utilisait des ustensiles en argent et des gobelets en argent. Cela auraient contribué à une teinte bleuâtre de la peau, d’où l’expression «sang-bleu». De même, l’expression «être né avec une cuillère en argent dans la bouche» a été inventée à cette époque pour la même raison, comme un attribut pour décrire le bonheur d’être en bonne santé plus que d’être riche. Les sang-bleu furent beaucoup moinstouchés par les fléaux pandémiques qui touchèrent l’Europe durant cette période.

Au dix-neuvième et début du XXe siècle, l’arsphénamine d’argent a été utilisé dans le traitement de la syphilis et, plus récemment, il a été utilisé comme astringent dans les préparations topiques.

Alors que les cas d’argyrie ont été observés le plus souvent avant l’apparition des antibiotiques, ils sont, à l’heure actuel, très rares. Greene et Su (1987) ont publié un avis d’argyrie.

Gaule et Staud (1935) ont signalé 70 cas d’argyrie généralisée dû à l’argent et de médicaments biologiques, y compris 13 cas d’argyrie généralisée après l’injection d’argent par voie intraveineuse et un traitement arsphénamine, une analyse biospectrometrique de 10 cas d’argyrie généralisée classés en fonction de la quantité d’argent.

Dans l’étude IV, les données ont été présentées pour dix hommes (23-64 ans) et deux femmes (23 et 49 ans) à qui on a administré 31-100 injections d’arsphénamine argent (la dose totale été de 4-20 g) au cours d’une période de 9,75 années.

L’argyrie est apparue après une dose totale de 4, 7 ou 8 g chez certains patients, alors que chez d’autres, l’argyrie ne s’est développée qu’après une dose totale de 10, 15 ou 20 g.

Dans l’analyse biospectrometrique des biopsies cutanées de 10 cas d’argyrie généralisée, les auteurs ont confirmé que le degré de la coloration est directement tributaire de la quantité d’argent. Les auteurs ont conclu que l’argyrie peut devenir cliniquement apparente après une dose totale cumulée d’environ 8 g d’arsphénamine argent.

La pharmacologie de l’argent a la même conclusion. La dose d’accumulation totale de 8 g d’arsphénamine argent est la limite au-delà de laquelle peut se développer l’argyrie (Hill et Pillsbury, 1939). Mais, puisque le corps accumule l’argent tout au long de la vie, il est théoriquement possible que des doses inférieures (par exemple, 4g d’argent arsphénamine ) causent l’argyrie.

Par conséquent, selon les cas présentés dans cette étude, la dose la plus faible entraînant l’argyrie chez un patient est de 1 g d’argent métallique (4g arsphénamine argent g x 0,23, la fraction de l’argent dans arsphénamine d’argent) ce qui est considéré comme un niveau minimal.

Les Drs Blumberg et Carey (1934) ont rapporté que l’argyrie est une maladie chronique (parfois sur plus de 15 ans). Ils ont observé l’argyrie chez une femme de 33 kg, qui avait ingéré des gélules contenant du nitrate d’argent sur une période de 1 an. La patiente a signalé l’ingestion de 16 mg de nitrate d’argent trois fois par jour une semaine sur deux.

Une analyse spectrographique des échantillons de sang ont révélé un niveau d’argent du sang de 0,5 mg / L 1 semaine après l’ingestion de capsules de nitrate d’argent et il y avait seulement une légère baisse de ce niveau après 3 mois.

(1980), L’argyrie a été diagnostiqué chez une femme de 47 ans (58,6 kg), qui avait pris de trop grandes doses orales de pastilles anti-tabac contenant de l’acétate d’argent sur une période de 2,5 ans. Aucune information n’a été fournie quant à la quantité réelle de l’argent ingérée.

Les symptômes de l’argyrie sont apparus après les 6 premiers mois de l’exposition.
Après analyse des neutrons présents dans le corps de cette femme, il a été estimé que la concentration de l’argent dans la peau était de 6,4g, ce qui représente une dose 8000 fois supérieure à la normale.

Dans une autre expérience de 30 semaines, le même sujet retenu 18% d’une dose unique administrés par voie orale.

Comme dans l’étude de Blumberg et Carey (1934), cette étude n’est pas apte à servir de base pour une évaluation quantitative des risques.

Il s’agit d’un rapport clinique que sur quelques patient et le montant réel de l’argent ingéré ne peut être estimée.


*************************************************
Franck Goldman

Page 141 du livre de Franck Goldman, « L’arme secrète contre la Maladie: l’argent colloidal, que vous trouverez en format pdf ci-dessous, vous pourrez lire (page 146 du pdf)
« Brent Fennigan, un fabricant de générateur d’argent colloidal, a écrit en octobre 1999 à la FDA (Food & Drug Administration) en lui demandant de bien vouloir fournir les statistiques suivantes:
1) Nombre de décès attribuables à l’ingestion d’argent colloidal
2) Nombre de réactions allergiques attribuables à l’absorption d’argent colloidal.
3) Nombre d’interractions nocives entre médicaments et argent colloidal.
4) Nombre de cas d’argyrie imputables à l’utilisation d’argent colloidal ionique (électrocolloïdal)
5) Nombre de cas d’argyrie dus à l’utilisation d’argent colloïdal ne contenant pas de produits stabilisants.

Réponse de l’administration : « suite à votre question sur les effets négatifs associés à l’utilisation de l’argent colloïdal, … nous avons interrogé la banque de données de la FDA sur les réactions adverses et nous n’avons rien trouvé qui corresponde à votre demande. »
Autrement dit la FDA a été contrainte d’admettre qu’elle ne possédait aucune donnée clinique suggérant que l’utilisation de l’argent colloïdal présente un quelconque danger pour les individus.
(Fin de citation )

Y a des liens dans le texte....alors allez les voir en allant sur le site source si vous aimez approfondir les choses...par contre le type en video qui en parle, il fait plus de mal que de bien
à cette info......je pense, laissez tomber...

télécharger le livre de Franck Goldman: « l’argent colloïdal, l’arme secrète contre la maladie«
http://www.partage-facile.com/P3Z2G0PYRG/frank_goldman_l_argent_colloidal.pdf.html


_________________
L'élégance du Temps est celle qui démêle les structures de l'Espace qui ont masqué l'Amour à lui même (James des WINGMAKERS)

http://mysthyc.hautetfort.com/archive/2007/05/29/sciences-occultees.html

OYABIO
Admin

Messages : 1805
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : SA VOIE

Voir le profil de l'utilisateur http://rvlations.forum-actif.info

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum