RVELATIONS

Israelisation de l"Amerique/Israelisation of America

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Israelisation de l"Amerique/Israelisation of America

Message  OYABIO le Lun 19 Déc - 8:56

IN ENGLISH et traduit en FRANCAIS ci dessous

St. Louis County Police Chief Timothy Fitch to Study Counter-Terrorism in Israel 25-Mar-2011

http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache%3ABF1s_dc8pVsJ%3Ahttps%3A%2F%2Fww5.stlouisco.com%2Fscripts%2FPD%2Fpress%2Fview.cfm%3FViewMe%3D16635&client=safari&hl=en&gl=us&strip=0


Source : http://english.al-akhbar.com/content/occupation-%E2%80%9Coccupy%E2%80%9D-israelification-american-domestic-security

By: Max Blumenthal http://maxblumenthal.com http://en.wikipedia.org/wiki/Max_Blumenthal
Le texte en Français EST en dessous de celui ci...traduit avec les moyens du bord non issus de HARVARD.

Published Friday, December 2, 2011

New York - In October, the Alameda County Sheriff’s Department turned parts of the campus of the University of California in Berkeley into an urban battlefield. The occasion was Urban Shield 2011, an annual SWAT team exposition organized to promote “mutual response,” collaboration and competition between heavily militarized police strike forces representing law enforcement departments across the United States and foreign nations.

At the time, the Alameda County Sheriff’s Department was preparing for an imminent confrontation with the nascent “Occupy” movement that had set up camp in downtown Oakland, and would demonstrate the brunt of its repressive capacity against the demonstrators a month later when it attacked the encampment with teargas and rubber bullet rounds, leaving an Iraq war veteran in critical condition and dozens injured. According to Police Magazine, a law enforcement trade publication, “Law enforcement agencies responding to…Occupy protesters in northern California credit Urban Shield for their effective teamwork.”

Training alongside the American police departments at Urban Shield was the Yamam, an Israeli Border Police unit that claims to specialize in “counter-terror” operations but is better known for its extra-judicial assassinations of Palestinian militant leaders and long record of repression and abuses in the occupied West Bank and Gaza Strip. Urban Shield also featured a unit from the military of Bahrain, which had just crushed a largely non-violent democratic uprising by opening fire on protest camps and arresting wounded demonstrators when they attempted to enter hospitals. While the involvement of Bahraini soldiers in the drills was a novel phenomenon, the presence of quasi-military Israeli police – whose participation in Urban Shield was not reported anywhere in US media – reflected a disturbing but all-too-common feature of the post-9/11 American security landscape.

The Israelification of America’s security apparatus, recently unleashed in full force against the Occupy Wall Street Movement, has taken place at every level of law enforcement, and in areas that have yet to be exposed. The phenomenon has been documented in bits and pieces, through occasional news reports that typically highlight Israel’s national security prowess without examining the problematic nature of working with a country accused of grave human rights abuses. But it has never been the subject of a national discussion. And collaboration between American and Israeli cops is just the tip of the iceberg.

Having been schooled in Israeli tactics perfected during a 63 year experience of controlling, dispossessing, and occupying an indigenous population, local police forces have adapted them to monitor Muslim and immigrant neighborhoods in US cities. Meanwhile, former Israeli military officers have been hired to spearhead security operations at American airports and suburban shopping malls, leading to a wave of disturbing incidents of racial profiling, intimidation, and FBI interrogations of innocent, unsuspecting people. The New York Police Department’s disclosure that it deployed “counter-terror” measures against Occupy protesters encamped in downtown Manhattan’s Zuccotti Park is just the latest example of the so-called War on Terror creeping into every day life. Revelations like these have raised serious questions about the extent to which Israeli-inspired tactics are being used to suppress the Occupy movement.

The process of Israelification began in the immediate wake of 9/11, when national panic led federal and municipal law enforcement officials to beseech Israeli security honchos for advice and training. America’s Israel lobby exploited the climate of hysteria, providing thousands of top cops with all-expenses paid trips to Israel and stateside training sessions with Israeli military and intelligence officials. By now, police chiefs of major American cities who have not been on junkets to Israel are the exception.

“Israel is the Harvard of antiterrorism,” said former US Capitol Police Chief Terrance W. Gainer, who now serves as the US Senate Sergeant-at-Arms. Cathy Lanier, the Chief of the Washington DC Metropolitan Police, remarked, “No experience in my life has had more of an impact on doing my job than going to Israel.” “One would say it is the front line,” Barnett Jones, the police chief of Ann Arbor, Michigan, said of Israel. “We're in a global war.”

Karen Greenberg, the director of Fordham School of Law’s Center on National Security and a leading expert on terror and civil liberties, said the Israeli influence on American law enforcement is so extensive it has bled into street-level police conduct. “After 9/11 we reached out to the Israelis on many fronts and one of those fronts was torture,” Greenberg told me. “The training in Iraq and Afghanistan on torture was Israeli training. There’s been a huge downside to taking our cue from the Israelis and now we’re going to spread that into the fabric of everyday American life? It’s counter-terrorism creep. And it’s exactly what you could have predicted would have happened.”

Changing the way we do business

The Jewish Institute for National Security Affairs (JINSA) is at the heart of American-Israeli law enforcement collaboration. JINSA is a Jerusalem and Washington DC-based think tank known for stridently neoconservative policy positions on Israel’s policy towards the Palestinians and its brinkmanship with Iran. The group’s board of directors boasts a Who’s Who of neocon ideologues. Two former JINSA advisors who have also consulted for Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu, Douglas Feith and Richard Perle, went on to serve in the Department of Defense under President George W. Bush, playing influential roles in the push to invade and occupy Iraq.

Through its Law Enforcement Education Program (LEEP), JINSA claims to have arranged Israeli-led training sessions for over 9000 American law enforcement officials at the federal, state and municipal level. “The Israelis changed the way we do business regarding homeland security in New Jersey,” Richard Fuentes, the NJ State Police Superintendent, said after attending a 2004 JINSA-sponsored Israel trip and a subsequent JINSA conference alongside 435 other law enforcement officers.

During a 2004 LEEP trip, JINSA brought 14 senior American law enforcement officials to Israel to receive instruction from their counterparts. The Americans were trained in “how to secure large venues, such as shopping malls, sporting events and concerts,” JINSA’s website reported. Escorted by Brigadier General Simon Perry, an Israeli police attaché and former Mossad official, the group toured the Israeli separation wall, now a mandatory stop for American cops on junkets to Israel. “American officials learned about the mindset of a suicide bomber and how to spot trouble signs,” according to JINSA. And they were schooled in Israeli killing methods. “Although the police are typically told to aim for the chest when shooting because it is the largest target, the Israelis are teaching [American] officers to aim for a suspect's head so as not to detonate any explosives that might be strapped to his torso,” the New York Times reported.

Cathy Lanier, now the Chief of Washington DC’s Metropolitan Police Department, was among the law enforcement officials junketed to Israel by JINSA. “I was with the bomb units and the SWAT team and all of those high profile specialized [Israeli] units and I learned a tremendous amount,” Lanier reflected. “I took 82 pages of notes while I was there which I later brought back and used to formulate a lot of what I later used to create and formulate the Homeland Security terrorism bureau in the DC Metropolitan Police department.”

Some of the police chiefs who have taken part in JINSA’s LEEP program have done so under the auspices of the Police Executive Research Forum (PERF), a private non-governmental group with close ties to the Department of Homeland Security. Chuck Wexler, the executive director of PERF, was so enthusiastic about the program that by 2005 he had begun organizing trips to Israel sponsored by PERF, bringing numerous high-level American police officials to receive instruction from their Israeli counterparts.

PERF gained notoriety when Wexler confirmed that his group coordinated police raids in 16 cities across America against “Occupy” protest encampments. As many as 40 cities have sought PERF advice on suppressing the “Occupy” movement and other mass protest activities. Wexler did not respond to my requests for an interview.

Lessons from Israel to Auschwitz

Besides JINSA, the Anti-Defamation League (ADL) has positioned itself as an important liaison between American police forces and the Israeli security-intelligence apparatus. Though the ADL promotes itself as a Jewish civil rights group, it has provoked controversy by publishing a blacklist of organizations supporting Palestinian rights, and for condemning a proposal to construct an Islamic community center in downtown New York, several blocks from Ground Zero, on the basis that some opponents of the project were entitled to “positions that others would characterize as irrational or bigoted.”

Through the ADL’s Advanced Training School course on Extremist and Terrorist Threats, over 700 law enforcement personnel from 220 federal and local agencies including the FBI and CIA have been trained by Israeli police and intelligence commanders. This year, the ADL brought 15 high-level American police officials to Israel for instruction from the country’s security apparatus. According to the ADL, over 115 federal, state and local law enforcement executives have undergone ADL-organized training sessions in Israel since the program began in 2003. “I can honestly say that the training offered by ADL is by far the most useful and current training course I have ever attended,” Deputy Commissioner Thomas Wright of the Philadelphia Police Department commented after completing an ADL program this year. The ADL’s relationship with the Washington DC Police Department is so cozy its members are invited to accompany DC cops on “ride along” patrols.

The ADL claims to have trained over 45,000 American law enforcement officials through its Law Enforcement and Society program, which “draws on the history of the Holocaust to provide law enforcement professionals with an increased understanding of…their role as protectors of the Constitution,” the group’s website stated. All new FBI agents and intelligence analysts are required to attend the ADL program, which is incorporated into three FBI training programs. According to official FBI recruitment material, “all new special agents must visit the US Holocaust Memorial Museum to see firsthand what can happen when law enforcement fails to protect individuals.”

Fighting “crimeterror”

Among the most prominent Israeli government figure to have influenced the practices of American law enforcement officials is Avi Dichter, a former head of Israel’s Shin Bet internal security service and current member of Knesset who recently introduced legislation widely criticized as anti-democratic. During the Second Intifada, Dichter ordered several bombings on densely populated Palestinian civilian areas, including one on the al-Daraj neighborhood of Gaza that resulted in the death of 15 innocent people, including 8 children, and 150 injuries. “After each success, the only thought is, ‘Okay, who’s next?’” Dichter said of the “targeted” assassinations he has ordered.

Despite his dubious human rights record and apparently dim view of democratic values, or perhaps because of them, Dichter has been a key figure in fostering cooperation between Israeli security forces and American law enforcement. In 2006, while Dichter was serving at the time as Israel’s Minister of Public Security, he spoke in Boston, Massachusetts before the annual convention of the International Association of Chiefs of Police. Seated beside FBI Director Robert Mueller and then-Attorney General Alberto Gonzalez, Dichter told the 10,000 police officers in the crowd that there was an “intimate connection between fighting criminals and fighting terrorists.” Dichter declared that American cops were actually “fighting crimiterrorists.” The Jerusalem Post reported that Dichter was “greeted by a hail of applause, as he was hugged by Mueller, who described Dichter as his mentor in anti-terror tactics.”

A year after Dichter’s speech, he and then-Secretary of the Department of Homeland Security Michael Chertoff signed a joint memorandum pledging security collaboration between America and Israel on issues ranging from airport security to emergency planning. In 2010, Homeland Security Secretary Napolitano authorized a new joint memorandum with Israeli Transport and Road Safety Minister Israel Katz shoring up cooperation between the US Transportation Security Agency – the agency in charge of day-to-day airport security – and Israel’s Security Department. The recent joint memorandum also consolidated the presence of US Homeland Security law enforcement personnel on Israeli soil. “The bond between the United States and Israel has never been stronger,” Napolitano remarked at a recent summit of AIPAC, the leading outfit of America’s Israel lobby, in Scottsdale, Arizona.

The Demographic Unit

For the New York Police Department, collaboration with Israel’s security and intelligence apparatus became a top priority after 9/11. Just months after the attacks on New York City, the NYPD assigned a permanent, taxpayer-funded liaison officer to Tel Aviv. Under the leadership of Police Commissioner Ray Kelly, ties between the NYPD and Israel have deepened by the day. Kelly embarked on his first trip to Israel in early 2009 to demonstrate his support for Israel’s ongoing assault on the Gaza Strip, a one-sided attack that left over 1400 Gaza residents dead in three weeks and led a United Nations fact-finding mission to conclude that Israeli military and government officials had committed war crimes.

Kelly returned to Israel the following year to speak at the Herziliya Conference, an annual gathering of neoconservative security and government officials who obsess over supposed “demographic threats.” After Kelly appeared on stage, the Herziliya crowd was addressed by the pro-Israel academic Martin Kramer, who claimed that Israel’s blockade of Gaza was helping to reduce the numbers of “superfluous young men of fighting age.” Kramer added, “If a state can’t control these young men, then someone else will.”

Back in New York, the NYPD set up a secret “Demographics Unit” designed to spy on and monitor Muslim communities around the city. The unit was developed with input and intensive involvement by the CIA, which still refuses to name the former Middle East station chief it has posted in the senior ranks of the NYPD’s intelligence division. Since 2002, the NYPD has dispatched undercover agents known as “rakers” and “mosque crawlers” into Pakistani-American bookstores and restaurants to gauge community anger over US drone strikes inside Pakistan, and into Palestinian hookah bars and mosques to search out signs of terror recruitment and clandestine funding. “If a raker noticed a customer looking at radical literature, he might chat up the store owner and see what he could learn,” the Associated Press reported. “The bookstore, or even the customer, might get further scrutiny.”

The Israeli imprimatur on the NYPD’s Demographics Unit is unmistakable. As a former police official told the Associated Press, the Demographics Unit has attempted to “map the city’s human terrain” through a program “modeled in part on how Israeli authorities operate in the West Bank.”

Shop ‘til you’re stopped

At Israel’s Ben Gurion International Airport, security personnel target non-Jewish and non-white passengers, especially Arabs, as a matter of policy. The most routinely harassed passengers are Palestinian citizens of Israel, who must brace themselves for five-hour interrogation sessions and strip searches before flying. Those singled out for extra screening by Shin Bet officers are sent to what many Palestinians from Israel call the “Arab room,” where they are subjected to humiliating questioning sessions (former White House Health and Human Services Secretary Donna Shalala encountered such mistreatment during a visit to Israel last year). Some Palestinians are forbidden from speaking to anyone until takeoff, and may be menaced by Israeli flight attendants during the flight. In one documented case, a six-month-old was awoken for a strip search by Israeli Shin Bet personnel. Instances of discrimination against Arabs at Ben Gurion International are too numerous to detail – several incidents occur each day – but a few of the more egregious instances were outlined in a 2007 petition the Association for Civil Rights in Israel filed with the country’s Supreme Court.

Though the Israeli system of airline security contains dubious benefits and clearly deleterious implications for civil liberties, it is quietly and rapidly migrating into major American airports. Security personnel at Boston’s Logan International Airport have undergone extensive training from Israeli intelligence personnel, learning to apply profiling and behavioral assessment techniques against American citizens that were initially tested on Palestinians. The new procedures began in August, when so-called Behavior Detection Officers were placed in security queues at Logan’s heavily trafficked Terminal A. Though the procedures have added to traveler stress while netting exactly zero terrorists, they are likely to spread to other cities. “I would like to see a lot more profiling” in American airports, said Yossi Sheffi, an Israeli-born risk analyst at the Massachusetts Institute of Technology Center for Transportation and Logistics.

Israeli techniques now dictate security procedures at the Mall of America, a gargantuan shopping mall in Bloomington, Minnesota that has become a major tourist attraction. The new methods took hold in 2005 when the mall hired a former Israeli army sergeant named Mike Rozin to lead a special new security unit. Rozin, who once worked with a canine unit at Ben Gurion Airport in Israel, instructed his employees at the Mall of America to visually profile every shopper, examining their expressions for suspicious signs. His security team accosts and interrogates an average of 1200 shoppers a year, according to the Center for Investigative Reporting.

One of the thousands who fell into Rozin’s dragnet was Najam Qureshi, a Pakistani-American mall vendor whose father accidentally left his cell phone on a table in the mall food court. A day after the incident, FBI agents appeared at Qureshi’s doorstep to ask if he knew anyone seeking to harm the United States. An army veteran interrogated for two hours by Rozin’s men for taking video inside the mall sobbed openly about his experience to reporters. Meanwhile, another man, Emile Khalil, was visited by FBI agents after mall security stopped him for taking photographs of the dazzling consumer haven.

“I think that the threat of terrorism in the United States is going to become an unfortunate part of American life,” Rozin remarked to American Jewish World. And as long as the threat persists in the public’s mind, Israeli securitocrats like Rozin will never have to worry about the next paycheck.

“Occupy” meets the Occupation

When a riot squad from the New York Police Department destroyed and evicted the “Occupy Wall Street” protest encampment at Zuccotti Park in downtown Manhattan, department leadership drew on the anti-terror tactics they had refined since the 9/11 attacks. According to the New York Times, the NYPD deployed “counterterrorism measures” to mobilize large numbers of cops for the lightning raid on Zuccotti. The use of anti-terror techniques to suppress a civilian protest complemented harsh police measures demonstrated across the country against the nationwide “Occupy” movement, from firing tear gas canisters and rubber bullets into unarmed crowds to blasting demonstrators with the LRAD sound cannon.

Given the amount of training the NYPD and so many other police forces have received from Israel’s military-intelligence apparatus, and the profuse levels of gratitude American police chiefs have expressed to their Israeli mentors, it is worth asking how much Israeli instruction has influenced the way the police have attempted to suppress the Occupy movement, and how much it will inform police repression of future upsurges of street protest. But already, the Israelification of American law enforcement appears to have intensified police hostility towards the civilian population, blurring the lines between protesters, common criminals, and terrorists. As Dichter said, they are all just “crimiterrorists.”

“After 9/11 we had to react very quickly,” Greenberg remarked, “but now we’re in 2011 and we’re not talking about people who want to fly planes into buildings. We’re talking about young American citizens who feel that their birthright has been sold. If we’re using Israeli style tactics on them and this stuff bleeds into the way we do business at large, were in big trouble.”

other LINKS of interest :

http://en.wikipedia.org/wiki/JINSA#United_States-Israeli_law_enforcement_exchange



***********************************************************************


By: Max Blumenthal http://maxblumenthal.com

New York - En Octobre, le Département du shérif du comté d'Alameda transformé des parties du campus de l'Université de Californie à Berkeley en un champ de bataille urbain. L'occasion appelée Urban Shield 2011, est une exposition annuelle d' équipes SWAT organisée pour promouvoir «la réponse mutuelle", la collaboration et la concurrence entre les forces de frappe lourdement militarisée de police représentant les départements de police à travers les Etats-Unis et les nations étrangères.

À l'époque, le Shérif Département du Comté d'Alameda se prépare à une confrontation imminente avec le mouvement de la naissante révolte des indignés US appelé " OCCUPY " qui a mis en place un camp au centre-ville d'Oakland, et cette confrontation sera de démontrer le poids de sa capacité de répression contre les manifestants un mois plus tard, lorsqu'il il a attaqué le campement avec des gaz lacrymogènes et balles en caoutchouc, en laissant un vétéran de la guerre en Irak dans un état critique et des dizaines blessées.

Selon un magazine de la police, au sujet de FAIRE RESPECTER LA LOI, qui circule en interne à la police, «Les services policiers se sont unis pour ... s"Occuper des manifestants en Californie du Nord et remercient Urban Shield (protection urbaine) pour leur travail d'équipe efficace."

En formation aux côtés des services de police américains à Urban Shield on y trouve la Yamam, une unité de police des frontières israélienne qui prétend se spécialiser dans la «contre-terrorisme» des opérations, mais qui est bien mieux connu pour ses assassinats extrajudiciaires de dirigeants palestiniens militants et sa longue histoire de répressions et d'abus dans les territoires occupés de Cisjordanie et de Gaza.

Urban Shield a également en son sein une unité de l'armée de Bahreïn, qui venait tout juste d'écraser un soulèvement populaire, largement non-violent et démocratique, en ouvrant le feu à balles réelles sur les camps de protestation et d'arrêter les manifestants blessés alors qu'ils tentaient d'entrer dans les hôpitaux.

Alors que l'implication de soldats de l'armée de Bahreïn a été un phénomène nouveau dans cette affaire d'union des services policiers Americains, la présence de quasi-militaire de la police israélienne - dont la participation à Urban Shield n'a pas du tout été rapporté dans les médias américains - et cela reflète une caractéristique inquiétante, mais somme toute -trop-commune de l'après- 9 / 11 / 2001 - qui généra le paysage de l'hyper sécurité américaine.

L'israélisation de l'appareil de sécurité Américain, récemment lâché en pleine force contre le mouvement Occupy Wall Street, a eu lieu à chaque niveau de l'application des lois Americaines, et sans doutes encore dans des domaines qui n'ont pas encore été exposée.

Ce NOUVEAU phénomène a été documenté par petits bouts sans aucune relations les uns aux autres, à travers les bulletins de NEWS qui bien sûr ne servaient qu'à souligner les prouesses d'Israël et sa sécurité nationale, sans jamais bien evidemment examiner en profondeur la nature problématique pour les USA de travailler avec un pays accusé de graves violations des droits humains. Mais tout cela n'a jamais fait l'objet d'un débat democratique national. Et la collaboration entre les flics américains et israéliens n'est que la pointe de l'iceberg.

Ayant été formés à des tactiques israéliennes perfectionnées lors d'une expérience de 63 années de contrôle, pour déposséder, et occuper une population autochtone (sans réelle armée), nos forces de police locales les ont adapté pour surveiller les quartiers musulmans et immigrants dans nos villes américaines. En attendant que nos forces Americaines soient formées completement par les Israeliens, des anciens officiers militaires israéliens ont été embauchés pour diriger les opérations de sécurité dans les aéroports américains et centres commerciaux de banlieue, conduisant à une vague d'incidents inquiétants, allant du profilage racial, à l'intimidation, et à des interrogatoires du FBI des innocents, des gens sans méfiance.

La divulgation de cela PAR le New York Police Department lors de son deploiement de mesures «contre-terroriste» contre les manifestants OccupyNYC qui campèrent dans le centre-ville de Manhattan à Zuccotti Park est le plus récent exemple de la guerre dite contre la terreur qui s'insinue dans la vie quotidienne des Americains. Des Révélations de ce type ont soulevé de sérieuses questions sur la mesure dans laquelle des israélo-inspirée tactiques sont utilisées pour réprimer le mouvement OCCUPY.

Le processus d'israélisation des forces de l'ordre de la Police Americaine a commencé dans le sillage immédiat du 11 / 9 / 2011, lorsque la panique nationale génerale A CONDUIT nos fédéraux et responsables municipaux à aller supplier des experts de la sécurité israéliennes pour avoir d'eux des conseils et des formations. Grand Hall d'entrée dans la SECURITE de L'AMERIQUE que l'Amérique à ouvert d'elle même à Israel et qu'Israël a BIEN SU en profiter pour exploiter le climat d'hystérie générale à son propre avantage, offrant à des milliers de flics US haut gradés, tous frais payés, des voyages en Israël pour des sessions de formations avec des experts de l"armée israélienne et des responsables du renseignement. A présent, les chefs de police des grandes villes américaines qui n'ont pas été à ces formations en Israël sont l'exception.

"Israël est l'Université Harvard de l'antiterrorisme», a déclaré l'ancien chef de la police américaine du Capitol, Terrance W. Gainer, qui sert maintenant le Sénat américain comme sergent en armes. Cathy Lanier, le chef de la police métropolitaine de Washington DC, a fait remarquer, "Pas d'expérience dans ma vie a eu plus d'impact sur comment bien faire mon travail que d'aller en Israël." "On peut dire que c'est la ligne de front»,.... Barnett Jones, chef de la police d'Ann Arbor, au Michigan, a déclaré d'Israël. «Nous sommes dans une guerre mondiale."

Karen Greenberg, le directeur de Fordham School of Law Center sur la sécurité nationale et un des principaux experts sur le terrorisme et les libertés civiles, a déclaré l'influence israélienne sur l'application de la loi américaine est si étendue qu'elle s'est répandu comme une marre de sang dans la conduite des policiers au niveau de leur job dans les rues. "Après 9 / 11 nous avons tendu la main aux Israéliens sur de nombreux fronts et de l'un de ces fronts est la torture», m'a dit Greenberg. «La formation en Irak et en Afghanistan sur la torture a été une formation israélienne.

Il ya eu un inconvénient énorme, en nous inspirant des Israéliens, nous avons maintenant favorisé leur propre politique dans le tissu de la vie américaine quotidienne? C'est du contre-terrorisme cauchemardesque . Et c'est exactement ce que quiconque d'un peu intelligent aurait pu prédire qui serait arrivé. "

Changer la façon dont nous menons nos affaires

L'Institut Juif pour les Affaires de Sécurité Nationale (JINSA) est maintenant au cœur de la collaboration américano-israélienne pour faire RESPECTER NOS LOIS. JINSA est un think tank, un club de reflection de Jérusalem, basé à Washington DC, tres connu pour ses prises de positions politiques néoconservatrices violentes dans la politique d'Israël envers les Palestiniens et ses diatribes politiques contre l'Iran. Le Conseil d'administration du groupe d'administration JINSA bénéficie d'une fine brochette d'idéologues néo-conservateurs visible dans le fameux WHO IS WHO. Deux anciens conseillers JINSA Douglas Feith et Richard Perle (qui ont également été conseillés pour le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu), ont servis dans le ministère de la Défense sous le président George W. Bush, et jouèrent un rôle tres influent dans la poussée des USA pour envahir et occuper l'Irak.

Grâce à son Programme d'éducation des forces de l'ordre (LEEP), JINSA prétend avoir organisé des sessions de formation israélienne (menée depuis le 9 11 2001) pour plus de 9000 représentants de la loi américaine au niveau fédéral, étatique et municipal. «Les Israéliens ont changé la façon dont nous menons nos affaires sur la sécurité intérieure dans le New Jersey," nous a dit Richard Fuentes, NJ State Police surintendant, qui a fait cette declaration après avoir été en 2004, lors d'un voyage en Israel parrainé par JINSA, à une conférence JINSA aux côtés d'autres 435 agents hauts gradés des forces de l"ordre de divers Pays.

Lors de ce voyage 2004 LEEP, JINSA à emmener 14 hauts représentants de la loi américaine en Israël pour recevoir l'instruction de leurs experts. Les Américains ont été formés à «la façon de sécuriser les grandes salles, comme les centres commerciaux, des événements sportifs et concerts,« site JINSA signalés. Escorté par le général de brigade Perry Simon, un attaché de la police israélienne et ancien responsable du Mossad, le groupe a visité le mur de séparation israélien, maintenant un arrêt obligatoire pour tous les flics américains en formation securitaire en Israël. «Les responsables américains ont appris au sujet de la mentalité d'un kamikaze et comment repérer les signes ennuis", selon JINSA. Et ils ont été scolarisés dans les méthodes d'abattage israélienne. "Bien que la police est généralement invitée à viser seulement la poitrine lors d'un tir parce qu'elle est la surface la plus facile car large, les Israéliens donne aussi l'enseignement [aux américains] de viser la tête d'un suspect pour ne pas détonner des explosifs qui pourraient être attachés à son torse, dixit "le New York Times.

Cathy Lanier, maintenant le chef du Département de Washington DC Metropolitan Police, a été parmi les représentants de la loi formées en Israël par JINSA. "J'ai été avec les unités d'élite de la bombe et les équipes SWAT et de tous ces specialistes de haut niveau experts [israéliens] d'unités d'élites et j'ai appris énormément», Lanier réfléchie. "J'ai pris 82 pages de notes pendant que j'y étais, que je ramena ensuite afin de les utiliser pour formuler ce que j'ai utilisé plus tard pour créer le Bureau du contre terrorisme Homeland Security dans le département de la police métropolitaine de DC."

Certains des chefs de police qui ont pris part au programme de JINSA LEEP ont fait de même sous les auspices de la Police Executive Research Forum (PERF), un organisme privé non gouvernemental ayant des liens étroits au ministère de la Sécurité intérieure HOMELAND SECURITY. Chuck Wexler, directeur exécutif du PERF, a été si enthousiaste au sujet du programme JINSA LEEP que depuis 2005 il avait commencé à organiser des voyages en Israël parrainé par PERF, apportant de nombreux hauts fonctionnaires de la police américaine pour recevoir les instructions de leurs homologues israéliens.

PERF a gagné en notoriété lorsque Wexler a confirmé que son groupe a coordonné les descentes de police dans 16 villes à travers l'Amérique contre les «OCCUPY» et leurs campements de protestation. Aussi 40 autres villes ont demandé les conseils de la PERF sur la suppression «OCCUPY» de leurs mouvements et les autres activités de protestation de masse. Wexler n'a pas répondu à mes demandes pour une entrevue.

Leçons d'Israël à Auschwitz

Outre JINSA, l'Anti-Defamation League (ADL) s'est positionné comme un lien important entre les forces de police américaines et la sécurité israélienne du renseignement . Bien que l'ADL se présente comme un groupe juif des droits civils, il a provoqué une polémique en publiant une liste noire des organisations soutenant les droits des Palestiniens, et pour condamner une proposition visant à construire un centre communautaire islamique dans le centre-ville de New York, à plusieurs blocs de Ground Zero, sur la base de cette seule justification que certains opposants au projet ont droit à «des positions que d'autres qualifieraient irrationnelle ou sectaire."

Grâce à l'ADL Stage Ecole Supérieure sur les menaces extrémistes et terroristes, plus de 700 forces de l'ordre de 220 organismes fédéraux et locaux, y compris le FBI et la CIA ont été formés par la police israélienne et les commandants de renseignement.

Cette année 2011, l'ADL a 15 hauts fonctionnaires de la police américaine en Israël pour instruction de l'appareil de sécurité du pays. Selon l'ADL, plus de 115 dirigeants des institutions fédérales, étatiques et locales des FORCES DE L'ORDRE Americaines ont subi des sessions de formation organisées par ADL en Israël depuis le début du programme en 2003. «Je peux honnêtement dire que la formation offerte par l'ADL est de loin la formation la plus utile et actuelle à laquelle je n'ai jamais assisté», nous dit le sous-commissaire Thomas Wright du Département de police de Philadelphie, après avoir terminé un programme de l'ADL de cette année. La relation de l'ADL avec le Département de police de Washington DC est si chaleureuse que ses membres sont invités à accompagner les flics DC lors de "longues patrouilles " dans les rues Americaines.

L'ADL affirme avoir formé plus de 45.000 représentants de la loi américaine à travers son application de la loi et de son programme de Société, qui "s'inspire de l'histoire de l'Holocauste visant à fournir aux professionnels l'application des lois par une compréhension accrue de leur rôle ... en tant que protecteurs de la Constitution,« est il écrit sur le site du groupe. Tous les nouveaux agents du FBI et des analystes du renseignement Americains sont maintenant tenus de participer au programme ADL, qui est incorporé dans trois programmes de formation du FBI. Selon les documents de recrutement officiel du FBI, "tous les nouveaux agents spéciaux doivent visiter le Musée de l'Holocauste des États-Unis pour constater de visu ce qui peut arriver lorsque l'application des lois ne protègent pas les individus."

Lutter contre «crimeterror"

Parmi les MEMBRES les plus éminents du gouvernement israélien à avoir influencé les pratiques des représentants americains des FORCES de L'ORDRE, il y a Avi Dichter, ancien chef du service d'Israël Shin Bet de la sécurité intérieure et actuel membre de la Knesset, qui a récemment présenté une loi largement critiquée comme anti-démocratique.

Pendant la Seconde Intifada, Dichter a ordonné plusieurs attentats dans les zones densément peuplées des zones civiles palestiniennes, dont un sur le quartier al-Daraj de Gaza qui a causé la mort de 15 personnes innocentes, dont 8 enfants, et 150 blessés. «Après chaque succès, la seule pensée que j'ai est:" Bon, qui est le prochain ? "Dichter a décidé lui même de ces assassinats" ciblés "qu'il a ordonné.

Malgré son triste record contre les droits humains et son opinion apparemment faible en valeurs démocratiques, ou peut-être à cause d'eux, Dichter a été un personnage clé dans la promotion de la coopération entre les forces de sécurité israéliennes et les nouvelles applications des lois américaines. En 2006, alors Dichter servait à l'époque comme le ministre israélien de la Sécurité publique, il a parlé à Boston, Massachusetts, devant le congrès annuel de l'Association internationale des chefs de police. Assis à côté du directeur du FBI Robert Mueller et alors le procureur général Alberto Gonzales, Dichter a déclaré au 10000 officiers de police dans la foule qu'il y avait un "lien étroit entre la lutte contre les criminels et la lutte contre les terroristes." Dichter a déclaré que les flics américains étaient réellement "crimiterrorists combats." Le Jerusalem Post a rapporté que Dichter a été "accueillis par une grêle d'applaudissements, comme il a été étreint par Mueller, qui l'a décrit comme son mentor, le mentor Dichter dans la lutte anti-terroriste tactique."

Un an après le discours de Dichter, lui et l'alors secrétaire du Département de la Sécurité intérieure Michael Chertoff ont signé une collaboration mémorandum commun de sécurité s'engageant entre l'Amérique et Israël sur des questions allant de sécurité de l'aéroport à la planification d'urgence. En 2010, Home land Sécurité intérieure , le secrétaire Mme Napolitano a autorisé un nouveau protocole conjoint avec Transports israélien et le ministre de la sécurité routière Israël Mr Katz pour de la coopération active entre l'Agence américaine de sécurité des transports - l'agence en charge de la sécurité aéroportuaire au jour le jour - et le Département de la sécurité d'Israël.

La récente note conjointe a également consolidé la présence de personnel américain Homeland Security pour application de la loi sur le sol israélien. «Le lien entre les Etats-Unis et Israël n'a jamais été aussi fort", a remarqué Mme Napolitano lors d'un sommet récent de l'AIPAC, leader du lobbyisme américain pour Israël, à Scottsdale, en Arizona.

L'Unité de démographie

Pour la police de New York, la collaboration avec les experts de la sécurité d'Israël et des renseignement Israeliens, est devenu une priorité après le 9 / 11. Quelques mois après les attentats de New York City, le NYPD a attribué un fond financier (issu des impots payés pae les contribuables Americains), à un officier de liaison à Tel Aviv. Sous la direction du commissaire de police Kelly Ray, les liens entre le NYPD et Israël ont approfondi de jour en jour. Kelly a entrepris son premier voyage en Israël au début de 2009 afin de démontrer son soutien pour l'agression permanente d'Israël sur la bande de Gaza, une attaque unilatérale qui a laissé plus de 1400 habitants de Gaza morts en trois semaines et a mené une Organisation des Nations Unies une mission d'enquête de conclure que les militaires israéliens et des responsables gouvernementaux avaient commis des crimes de guerre.

Kelly est retourné en Israël l'année suivante pour parler à la Conférence Herziliya, un rassemblement annuel de néoconservateurs et de responsables gouvernementaux de la sécurité qui sont des obsèdés des «menaces démographiques». Après Kelly est apparu sur scène, la foule Herziliy a été abordé par le pro-israélien Martin académiques Kramer, qui a affirmé que le blocus israélien de Gaza visait à réduire le nombre de «jeunes hommes superflus en âge de combattre." Kramer a ajouté: «Si un Etat ne peut pas contrôler ces jeunes hommes, alors quelqu'un d'autre le fera."

Retour à New York, le NYPD mis en place en secret l"Unité Démographie, conçus pour espionner et surveiller les communautés musulmanes à travers la ville. L'unité a été élaboré avec la participation et l'implication intensive de la CIA, qui refuse toujours de dire le nom de l'ancien chef, du Moyen-Orient qui a été mis en haute position dans les rangs supérieurs de la Division du renseignement du NYPD.

Depuis 2002, le NYPD a dépêché des agents d'infiltration connue comme "" et "crawlers of mosquée" dans dans les pakistano-américaine librairies et restaurants pour mesurer la colère des communautés par rapports aux frappes de drones américains au Pakistan, et dépéché aussi des agents dans les bars à narguilé et les mosquées palestiniennes pour rechercher des signes sur le recrutement et le financement clandestin de la terreur. «Si un rakers remarque un client regardant la littérature radicale, il peut cuisiner le propriétaire du magasin pour voir ce qu'il peut en apprendre", a rapporté Associated Press.

"La librairie, ou même le client, pourrait alors subir un examen plus approfondi."

L'imprimatur israélienne sur l'unité Démographie du NYPD est indubitable. En tant que fonctionnaire de police ancienne à l'Associated Press, l'Unité de démographie a tenté de tracer une "carte de terrain humaine de la ville" à travers un programme "inspiré en partie sur la façon dont les autorités israéliennes opèrent en Cisjordanie."

Faites vos couses jusqu"à ve que vous soyez arrêté

A Israël aéroport international Ben Gourion, le personnel de sécurité cible les passagers non-juifs et non-blancs, notamment les Arabes, comme une question de politique. La plupart des passagers sont régulièrement harcelés citoyens palestiniens d'Israël y compris, qui doivent se préparer pour les sessions d'interrogatoire de cinq heures et des fouilles à nu avant de voler. Ceux choisis pour interogatoires supplémentaire par des officiers du Shin Bet sont envoyés à ce que les nombreux Palestiniens d'Israël appelle la "salle arabe", où ils sont soumis à des interrogatoires humiliants (ex-la Secrétaire Donna Shalala de la Maison Blanche departement de la Santé et des Services sociaux à rencontré ces mauvais traitements lors d'une visite en Israël l'année dernière). Certains Palestiniens sont interdits de parler à quiconque avant le décollage, et peut être menacée par les agents de bord d'Israël pendant le vol.

Dans un cas documenté, un six-month-old a été réveillé par une fouille à nu par les israéliens du Shin Bet. Les cas de discrimination contre les Arabes à Ben Gourion international sont trop nombreux pour les détailler tous - plusieurs incidents se produisent chaque jour - mais quelques-uns des exemples les plus flagrants ont été décrites dans une pétition 2007 de l'Association pour les droits civils en Israël, déposé auprès de la Cour suprême du pays.

Bien que le système israélien de la sécurité aérienne contient des avantages et des implications douteuses clairement délétères pour les libertés civiles, il a tranquillement et rapidement migrer vers les principaux aéroports américains. Le personnel de sécurité à l'aéroport international Logan de Boston ont subi un entraînement intensif par du personnel de renseignement israélien, afin d'apprendre à appliquer des techniques de profilage et d'évaluation comportementale contre les citoyens américains (techniques qui ont été initialement testés sur les Palestiniens). Les nouvelles procédures ont commencé en août, des agents de détection des comportements ont été placés dans les files d'attente de la sécurité au Terminal A. Logan bien achalandés et toutes ces procédures ont ajouté au stress de tout voyageur sans exactement trouver de terroristes ; ces procédures sont susceptibles de s'étendre à d'autres villes. "Je voudrais voir beaucoup plus de profilage» dans les aéroports américains, a déclaré Yossi Sheffi,né en Israël, un analyste des risques à l'Institut de Technologie du Massachusetts Centre des Transports et de la Logistic.

LES Techniques israéliennes désormais dictent des procédures de sécurité au Malls of America, ces centres commerciaux gigantesques à Bloomington, Minnesota, qui sont devenus une attraction touristique majeure. Les nouvelles méthodes se sont installé en 2005, lorsque les centres commerciaux ont embauché un ancien sergent de l'armée israélienne du nom de Mike Rozin pour diriger une unité spéciale de sécurité nouvelle. Rozin, qui a déjà travaillé avec une unité canine à l'aéroport Ben Gourion en Israël, a demandé à ses employés au Mall of America de réaliser un profil visuel de chaque acheteur, en examinant leurs expressions et d'éventuels agissements suspects. Son équipe de sécurité accoste et interroge une moyenne de 1200 acheteurs par an, selon le Center for Investigative Reporting.

L'un des milliers qui sont tombés dans les filets de ce redresseur de tort Rozin a été Najam Qureshi, un vendeur d'un centre commercial-pakistanais américain dont le père a accidentellement oublié son téléphone portable sur une table dans la cour pour manger du centre commercial. Un jour après l'incident, les agents du FBI apparaissent à la porte de Qureshi pour lui demander s'il connaissait quelqu'un cherchant à nuire aux Etats-Unis. Un vétéran de l'armée l'interroga pendant deux heures au sujet de la vidéo prise à l'intérieur du centre, par des hommes à Rozin ....il a raconté son expérience à des journalistes. En attendant, un autre homme, Emile Khalil, a été visité par des agents du FBI après que la sécurité du Mall l'ai vu prendre des photographies de l'éblouissant centre commercial.

"Je pense que la menace du terrorisme dans les Etats-Unis va devenir une partie malheureuse de la vie américaine», fait remarquer Rozin à l'American Jewish World. Et tant que la menace persiste dans l'esprit du public, tous les securitocrats israéliens comme Rozin n'aurez jamais à vous soucier de votre prochain chèque de paie.

«Occupy» rencontre l'Occupation

Quand une escouade anti-émeute de la police de New York détruit et expulse les «Occupy Wall Street" et leur campement de protestation au Zuccotti Park de Manhattan, le département de leadership met en pratique les tactiques anti-terroriste Israeliennes qu'ils avaient affiné depuis les attentats du 9 / 11. Selon le New York Times, le NYPD à déployé des «mesures antiterroristes» pour mobiliser un grand nombre de flics pour le raid éclair sur Zuccotti. L'utilisation de techniques d'anti-terrorisme Israeliennes pour réprimer une manifestation civile Americaines compléte les mesures de police sévères qui ont été appliquées à travers le pays contre le mouvement national «occupy», comme celles de tirer des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc sur la foule désarmée des manifestants ou le dynamitage des oreilles des manifestants avec le canon sonore LRAD.

Compte tenu de la quantité de formations que la police de New York et tant d'autres forces de police ont reçu d'Israël et de sopn appareil de renseignement militaire, et les niveaux abondant de gratitude que les chefs américains de police ont exprimé à leurs mentors israéliens, il est intéressant de se demander combien d'instructions israéliennes ont influencé la manière significative la police qui a tenté avec de réprimer le mouvement OCCUPY, et combien il vous en informera sur la répression policière future sur des flambées futures de protestation de rue. Mais déjà, l'application de la loi américaine par des pratiques issues de formations israeliennes semble avoir intensifié l'hostilité de la police envers la population civile, brouillant les lignes de demarcation claire entre les manifestants normaux (legitimes en toutes démocraties qui se respecte), les criminels de droit commun, et les terroristes. Comme Dichter dit, ils sont tous simplement mis dans un même panier repondant au nom de «crimiterrorists."

"Après 9 / 11, nous avons dû réagir très rapidement», Greenberg a fait remarquer, "mais maintenant nous sommes en 2011 et nous ne parlons pas ICI des gens qui veulent faire voler des avions dans les bâtiments. Nous parlons ici de jeunes citoyens américains qui estiment que leur droit d'aînesse a été vendu. Si nous en sommes à utiliser des tactiques de style israélien sur eux, comme les Israeliens traitent les Palestiniens chez eux, alors cela nous renseigne sur plein de choses dans la façon dont nous menons nos affaires au sens large, et nous sommes alors en grandes difficulté....

http://english.al-akhbar.com/content/occupation-%E2%80%9Coccupy%E2%80%9D-israelification-american-domestic-security


Dernière édition par OYABIO le Ven 15 Aoû - 8:13, édité 6 fois

_________________
L'élégance du Temps est celle qui démêle les structures de l'Espace qui ont masqué l'Amour à lui même (James des WINGMAKERS)

http://mysthyc.hautetfort.com/archive/2007/05/29/sciences-occultees.html
avatar
OYABIO
Admin

Messages : 1813
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : SA VOIE

Voir le profil de l'utilisateur http://rvlations.forum-actif.info

Revenir en haut Aller en bas

Re: Israelisation de l"Amerique/Israelisation of America

Message  Invité le Mar 20 Déc - 20:24

en anglais c'est pas fameux pour moi mais le nouvelle ordre mondial est une belle merde oui sauf que presque personne n'ouvre les yeux pis même comment devons nous agir fasse a cela?et quand les micro puce seront elles vraiment sur le marché on sera peut être mort?
je suis venu sur le site voir si quelqu'un parlait des pierre de stonehenge car avec mon père on est bien curieux de savoir si elles sont une sorte de porte astronomique ou autre.. tu sait quelque chose la dessus?je me permet de te tutoyer...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Israelisation de l"Amerique/Israelisation of America

Message  OYABIO le Mar 20 Déc - 22:24

non? Je sais rien là dessus, sorry

_________________
L'élégance du Temps est celle qui démêle les structures de l'Espace qui ont masqué l'Amour à lui même (James des WINGMAKERS)

http://mysthyc.hautetfort.com/archive/2007/05/29/sciences-occultees.html
avatar
OYABIO
Admin

Messages : 1813
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : SA VOIE

Voir le profil de l'utilisateur http://rvlations.forum-actif.info

Revenir en haut Aller en bas

Re: Israelisation de l"Amerique/Israelisation of America

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum