RVELATIONS

ISRAEL n'aime pas qu'on lui montre ses propres khonneries

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

ISRAEL n'aime pas qu'on lui montre ses propres khonneries

Message  OYABIO le Sam 13 Nov - 16:19

Stéphane Hessel violemment attaqué pour sa critique d'Israël
Par Pierre Haski | Rue89 | 13/11/2010 | 14H49

Les téléspectateurs de France 5 ont pu découvrir vendredi soir un délicieux nonagénaire porté par « l'audace de l'espoir » : Stéphane Hessel, ancien résistant, ambassadeur de France, militant de causes orphelines.

Au même moment, Stéphane Hessel fait l'objet d'une violente et pernicieuse campagne hostile. La raison : ses critiques vis-à-vis d'Israël.

La vie de Stéphane Hessel, qu'il a racontée avec minutie dans « Citoyen sans frontières », un livre d'entretiens avec Jean-Michel Helvig (éd. Fayard 2008), reprise dans ce documentaire de France 5, est une véritable épopée qui traverse le XXe siècle.

Né à Berlin de parents allemands, dont un père juif -c'est le couple mythique qui a donné le film « Jules et Jim » de François Truffaut-, il devient Français en 1937, s'engage dans la résistance, est capturé et torturé par la Gestapo, déporté à Buchenwald et Dora, avant de participer, à la Libération, à la rédaction de la déclaration universelle des droits de l'homme aux Nations unies naissantes.

Toute la vie de Stéphane Hessel, après ces débuts époustouflants, sera marquée du sceau de ces engagements avant tout humanistes, même s'il s'implique sur le tard en politique, d'abord mendésiste, puis au PS de François Mitterrand, et plus récemment en devenant, à l'age de 91 ans, candidat sur une liste Europe Ecologie aux dernières régionales…
L'appel au boycott des produits israéliens

Mais ce qui lui vaut la campagne hostile actuelle, c'est son engagement persistant, répété, contre la politique suivie par Israël vis-à-vis des Palestiniens, et son soutien à la campagne controversée en faveur du boycott des produits israéliens en France.

Et, pour délégitimer un homme ayant eu un tel parcours, une telle histoire, on l'accuse d'être un falsificateur, d'avoir la haine d'Israël et des juifs, la haine d'une partie de soi puisque son père était juif, même s'il ne se décrit pas comme juif.

La dernière attaque est venue d'un directeur de recherches au CNRS, Pierre-André Taguieff, qui s'est spécialisé dans le « nouvel antisémitisme », avec des livres comme « La Judéophobie des Modernes » (éd. Odile Jacob, 2008), « La Nouvelle propagande antijuive » (éd. PUF, 2010).

Ce qui rend la polémique étrange et résolument moderne, c'est que les accusations de Taguieff ont été portées non pas dans une publication du CNRS, mais sur… Facebook. Sur le « mur » du chercheur qui a depuis été fermé, mais sur lequel il avait écrit en octobre, paraphrasant Voltaire :

« Quand un serpent venimeux est doté de bonne conscience, comme le nommé Hessel, il est compréhensible qu'on ait envie de lui écraser la tête. »

Il remplaçait ensuite cette phrase par une autre :

« Il aurait certainement pu finir sa vie d'une façon plus digne sans appeler à la haine contre Israël joignant sa voix à celle des pires antijuifs. »

Depuis, accusations et contre-accusations se succèdent. Réactions indignées des défenseurs de Stéphane Hessel qui dénoncent un appel au lynchage et exigent des excuses du chercheur, et contre-attaque des amis de Taguieff qui font circuler -sur Facebook- une pétition contre « une campagne d'intimidation et de diffamation qui se développe contre lui, visant à le discréditer et à le faire taire » et en viennent à remettre en cause le passé de résistant de Hessel.

« Indignation à propos de la Palestine »

Que dit Stéphane Hessel pour susciter de telles polémiques ? Ecoutez-le d'abord à l'émission « Ripostes » de Serge Moatti, en 2008, confier ce qu'il pense du conflit israélo-palestinien et de l'attitude de la France dans ce dossier. (Voir la vidéo)


On retrouvera sa pensée sur le sujet, de manière plus précise encore, dans un petit livre (par le nombre de pages) qui sort ces jours-ci, intitulé « Indignez-vous ! ». Stéphane Hessel consacre deux pages à son « indignation à propos de la Palestine », revenant notamment sur la guerre de Gaza de 2009 et sur le rapport du juge sud-africain Richard Goldstone qui accuse Israël -et le Hamas- de crimes de guerre.

Stéphane Hessel écrit :

« Je partage les conclusions du juge sud-africain. Que des Juifs puissent perpétrer eux-mêmes des crimes de guerre, c'est insupportable. Hélas, l'histoire donne peu d'exemples de peuples qui tirent les leçons de leur propre histoire. […]


Je pense bien évidemment que le terrorisme est inacceptable, mais il faut reconnaître que lorsque l'on est occupé avec des moyens militaires infiniment supérieurs aux vôtres, la réaction populaire ne peut pas être que non-violente. […]


L'exaspération est un déni de l'espoir. Elle est compréhensible, je dirais presque qu'elle est naturelle, mais pour autant elle n'est pas acceptable. »


Ces prises de position, doublées de son soutien à l'appel au boycott des produits israéliens qui lui vaut une mise en examen avec plusieurs autres personnes, sont au cœur de la campagne hostile qui le vise. Et qui prend un tour nauséabond, pour reprendre un mot chargé, lorsqu'on tente de semer trouble et confusion autour de sa biographie, et la réalité de son engagement pendant la guerre. C'est indigne et abaisse ceux qui utilisent ces arguments.
Critiquer Israël quand on a des origines juives : la haine de soi ?

Mais la question est plus vaste. Elle porte sur la manière de délégitimer toute personne qui critique Israël, surtout si elle a des origines juives : on ne peut être que dérangé ou avoir la haine de soi.

Nous évoquions ici-même récemment le cas de Charles Enderlin, le correspondant de France 2 à Jérusalem, lui-même Franco-Israélien, qui fait l'objet depuis dix ans d'une campagne personnelle pour son reportage, au début de la deuxième intifada, sur la mort à Gaza du jeune Mohamed al-Doura.

Pour avoir défendu Charles Enderlin, je me suis vu personnellement accuser par le principal détracteur d'Enderlin de relever de la « psychanalyse » et d'avoir conçu dans mon enfance la haine de moi-même et d'Israël : rien que ça.

Le cas de Stéphane Hessel est plus grave encore, en raison de sa stature morale reconnue, et qui est bien au-dessus de tous ses détracteurs. Pour minimiser l'impact de ses prises de position, il faut casser cette image et salir un homme.

Certes, Stéphane Hessel en a vu d'autres dans sa vie et s'est retrouvé face à des ennemis autrement plus redoutables ; et, de surcroît, un homme qui proclame « Indignez-vous ! » doit bien s'attendre à ses oppositions. Il n'empêche, on les aurait préférées plus dignes de l'homme et du sujet.

► « Stéphane Hessel, Sisyphe heureux » - documentaire de Sophie Lechevalier et Thierry Neuville, rediffusion sur France 5 dimanche 14 novembre à 7h52, ou sur le site de France 5 jusqu'au 19 novembre.

► Stéphane Hessel, « Indignez-vous ! » - éditions Indigène, 29 pages, 3 euros.

Source : http://www.rue89.com/2010/11/13/stephane-hessel-violemment-attaque-pour-ses-critiques-disrael-175677

_________________
L'élégance du Temps est celle qui démêle les structures de l'Espace qui ont masqué l'Amour à lui même (James des WINGMAKERS)

http://mysthyc.hautetfort.com/archive/2007/05/29/sciences-occultees.html
avatar
OYABIO
Admin

Messages : 1813
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : SA VOIE

Voir le profil de l'utilisateur http://rvlations.forum-actif.info

Revenir en haut Aller en bas

Charles ENDERLIN defend son honneur, après avoir subit les foudres d'Israeliens

Message  OYABIO le Sam 13 Nov - 16:23

« Un enfant est mort » : Charles Enderlin défend son honneur
Par Pierre Haski | Rue89 | 29/09/2010 | 11H17

Le correspondant de France 2 à Jérusalem revient sur « l'affaire Mohamed al-Dura » et fait le récit de dix ans de harcèlement.


Dix ans que ça dure. Dix ans que Charles Enderlin endure une cabale l'accusant d'avoir commis le pire crime pour un journaliste : avoir commis un faux, la mort en direct d'un enfant palestinien, Mohamed Al-Dura, dans la bande de Gaza. Il publie un livre sur cette pénible affaire : « Un enfant est mort ».

Disons le tout net : j'ai connu Charles Enderlin lorsque j'étais correspondant de Libération à Jérusalem dans les années 90, et je le considère comme un excellent journaliste, auteur de plusieurs livres extrêmement pertinents sur les « occasions manquées » de la paix, ou sur les erreurs d'Israël vis-à-vis du Hamas dont nous avions rendu compte sur Rue89.

Ironiquement, à l'époque, certains confrères l'accusaient plutôt de trop pencher pour Israël où il a fait sa vie depuis près de trente ans, notamment parce qu'il enfilait chaque année l'uniforme de l'armée israélienne pour accomplir sa période de réserve obligatoire. De ce point de vue, Enderlin a sans doute plus fait concrètement pour la sécurité d'Israël que ses détracteurs de Paris ou Washington…
30 septembre 2000, carrefour de Netzarim

Tout a basculé dans sa vie le 30 septembre 2000, au début de la deuxième intafada palestinienne contre l'occupation israélienne, deux jours après la visite d'Ariel Sharon sur l'esplanade des Mosquées, à Jérusalem.

Ce jour-là, Charles Enderlin n'est pas à Gaza, car les territoires explosent un peu partout. Mais il dispose sur place d'un caméraman palestinien, Talal Abou Rahmeh, collaborateur habituel de France 2 et d'autres grandes chaînes internationales dont CNN, que tous les journalistes étrangers connaissent bien.

Talal est au carrefour de Netzarim, au centre de la bande de Gaza, et filme des escarmouches entre soldats israéliens et policiers palestiniens. Pris entre deux feux, Mohamed Al-Dura et son père. L'enfant est tué. Le soir, au journal de 20 heures, Charles Enderlin montre les images de Talal, et affirme que les tirs sont « venus de la position israélienne ». (Voir la vidéo du reportage du 30 septembre 2000)


Mohamed Al-Dura devient le symbole de la violence israélienne contre les Palestiniens. Sa photo fera le tour du monde, et figure même sur la vidéo de l'exécution du journaliste américain Daniel Pearl par des Islamistes au Pakistan, quinze mois plus tard.

Depuis dix ans, cette affaire fait l'objet d'une intense polémique, dont Charles Enderlin est la principale cible, avec une violence et une persévérance sans beaucoup d'équivalents. Ses détracteurs l'accusent d'avoir couvert une mise en scène, et affirment même que l'enfant serait vivant, sans toutefois en apporter la moindre preuve factuelle.
Le seul enfant mort du Proche-Orient ?

Ce déchaînement pourrait être risible, vu le nombre de morts que cette région a connu au cours de la décennie écoulée, y compris d'enfants, notamment lors de la guerre de Gaza l'an dernier, au cours de laquelle, selon le rapport rédigé pour l'ONU par le juge sud-africain Richard Goldstone, aussi bien Israël que le Hamas palestinien ont commis des « crimes de guerre ».

Mais cela n'a en rien atténué la campagne. Dans le dernier numéro de la revue Médias de Robert Ménard, l'ancien patron de Reporters sans frontières (RSF) qui lui ouvre complaisamment ses colonnes, Philippe Karsenty, un élu local de Neuilly, principal détracteur français d'Enderlin, accuse :

« Ils [le père et l'enfant, ndlr] sont vivants à la fin du reportage. C'est la seule chose qui m'intéresse car c'est un faux de la première à la dernière image. »


Karsenty, qui est soutenu par tout l'establishment pro-israélien en France, dont Richard Prasquier, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), tente depuis des années de mobiliser politiques et intellectuels, pour faire plier France 2 qui tient bon. Il a remporté quelques succès avec le soutien à sa cause d'Alain Finkielkraut, du producteur Daniel Leconte, ou de l'ancien patron de L'Express Denis Jeambar.

Cette campagne prend régulièrement des tours haineux. Charles Enderlin reçoit des menaces de mort, et même des courriers électroniques de vieilles connaissances journalistiques qui se sont ralliées à la campagne, et qui lui assurent que « l'odeur du sapin » se rapproche de lui… Ambiance.
Aucune preuve

Le paradoxe, dans cette affaire, est que les détracteurs de Charles Enderlin n'ont jamais apporté la preuve de leurs affirmations, et, surtout, que l'Etat d'Israël ne leur a jamais emboîté le pas. Enderlin a toujours une carte de presse israélienne et fait son travail de correspondant de France 2 dans les conditions difficiles que l'on sait, et Talal Abou Rahmeh est même autorisé par les autorités israéliennes à transiter par l'Etat hébreu pour voyager.

Pour les auteurs du « plus gros faux depuis le Protocole des Sages de Sion » au XIXe siècle, c'est étrange !

Le récit que fait Charles Enderlin de ces dix ans de harcèlement sur lui, sur sa famille, sur France Télévisions, et sur tous ceux qui refusent d'emboîter le pas à cette campagne, est proprement surréaliste. Jusqu'à l'épreuve du bac que passe sa fille en Israël, et à qui une enseignante israélienne dit lors d'un oral : « Ah, tu es la fille du journaliste Charles Enderlin ? », le reste de l'examen se déroulant « dans un climat d'extrême sévérité ».

Racontant cette anecdote, Charles Enderlin ajoute :

« Ce jour-là, j'ai décidé d'écrire ce livre, pour ma famille et mes amis. »


Mais quel est l'enjeu ? Pourquoi cet acharnement, pour un épisode qui, même s'il a compté à l'époque, a été balayé par le flot d'horreurs et d'atrocités accumulées depuis ?
Bataille au sein des communautés juives

La bataille semble plus concerner les communautés juives à l'étranger que les Israéliens eux-mêmes, ou le reste du monde. Comme s'il fallait laver symboliquement l'armée israélienne du soupçon d'avoir délibérément tué un enfant, pour conserver à cette armée son image de pureté immortalisée un jour par Claude Lanzmann dans son film « Tsahal ».

Circonstance aggravante, Charles Enderlin est lui-même juif, avec une partie de ses ancêtres ayant fui le nazisme, mais un « mauvais juif » ? Car, comme le demande le journaliste dans son livre :

« Pour être un bon juif, faut-il accepter la thèse de la mise en scène de l'affaire Al-Dura ? »


Les journalistes qui défendent Charles Enderlin -une pétition en sa faveur a circulé en 2008 parmi les reporters français- sont généralement accusés de « corporatisme ».

Mais peut-être, comme bon nombre de signataires, ont-ils vécu des situations similaires à ce 30 septembre au carrefour de Netzarim, qui les empêche d'être réellement surpris par les images de Talal Abou Rahman, et qui leur font douter des motivations de ceux qui refusent d'admettre que c'est une « sale guerre » qui se mène dans les territoires palestiniens.

Source : http://www.rue89.com/node/168657

_________________
L'élégance du Temps est celle qui démêle les structures de l'Espace qui ont masqué l'Amour à lui même (James des WINGMAKERS)

http://mysthyc.hautetfort.com/archive/2007/05/29/sciences-occultees.html
avatar
OYABIO
Admin

Messages : 1813
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : SA VOIE

Voir le profil de l'utilisateur http://rvlations.forum-actif.info

Revenir en haut Aller en bas

Fils BEDOS grillé sur les MAARDIAS, parce qu'il a dit ses 4 vérités sur Israel

Message  OYABIO le Sam 13 Nov - 16:28



_________________
L'élégance du Temps est celle qui démêle les structures de l'Espace qui ont masqué l'Amour à lui même (James des WINGMAKERS)

http://mysthyc.hautetfort.com/archive/2007/05/29/sciences-occultees.html
avatar
OYABIO
Admin

Messages : 1813
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : SA VOIE

Voir le profil de l'utilisateur http://rvlations.forum-actif.info

Revenir en haut Aller en bas

Un SOUS PREFET viré pour avoir critiquer ISRAEL

Message  OYABIO le Sam 13 Nov - 16:45

UN SOUS-PRÉFET VIRÉ POUR AVOIR CRITIQUÉ ISRAËL - Le message est clair Israel semble faire parti des sujets interdits...mais les caricatures de “Mahomet“ étaient défendues par beaucoup au NOM de la liberté d’expression.....pourquoi y aurait il des sujets dont il ne faut pas parler et d'autres dont on peut parler...ce n'est pas cela la DEMOCRATIE, en DEMOCRATIE il convient de POUVOIR PARLER DE TOUT...ne plus pouvoir parler de TOUT, c'est signe que la DEMOCRATIE fout le quand et qu' il est temps de la RETABLIR......par plus de DEMOCRATIE et de LIBERTE D'EXPRESSION....

Un communiqué du Minstère de l’Intérieur annonce, que le sous-préfet de Saintes (Charente-Maritime), Bruno Guigue, a été limogé après avoir publié sur le site Internet "oumma.com" une tribune "très violemment anti-israélienne".

Bruno Guigue enarque, normalien, spécialiste du Proche-Orient, a notamment déclaré dans sa tribune publiée le 13 mars qu’Israël est le " seul Etat au monde dont les snipers abattent des fillettes à la sortie des écoles ". Il a également évoqué "les geôles israéliennes, où grâce à la loi religieuse, on s’interrompt de torturer durant le shabbat" , et écrit : « A propos de terrorisme, l’Etat d’Israël, qui plus est, peut se targuer d’un palmarès hors compétition. Les odieux attentats du 11 septembre 2001 ont fait dix fois moins de victimes que le siège de Beyrouh par Tsahal en 1982 ».


*********


Un journaliste à CNN depuis 2004, Rick Sanchez à été viré de CNN pour avoir critiquer le lobby juif et sa main mise sur la plupart des médias TV, PRESS, RADIO, CINEMA, etc etc....

******


_________________
L'élégance du Temps est celle qui démêle les structures de l'Espace qui ont masqué l'Amour à lui même (James des WINGMAKERS)

http://mysthyc.hautetfort.com/archive/2007/05/29/sciences-occultees.html
avatar
OYABIO
Admin

Messages : 1813
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : SA VOIE

Voir le profil de l'utilisateur http://rvlations.forum-actif.info

Revenir en haut Aller en bas

Alain Ménargues viré de RFI pour "antisémitisme " verbal ?

Message  OYABIO le Sam 13 Nov - 16:50

Alain Ménargues viré de RFI pour... "antisémitisme " verbal ? par François Xavier

Alain MENARGUES, Directeur Général adjoint chargé de l’information et des antennes de RFI, et Vice-président de RMC Moyen-Orient a démissionné ce lundi 18 octobre sous la pression et des journalistes de RFI et du Quai d’Orsay. Pourquoi ?

Tout simplement parce qu’il avait osé dire lors d’un entretien sur une radio française (Radio Courtoisie) que l’état d’Israël est un état raciste ! Propos repris lors de la présentation de son dernier livre, Le mur de Sharon devant le Centre d’accueil de la presse étrangère (Cape).

Attention ! Il n’a pas dit que c’était un pays raciste, mais un état raciste. Il n’a pas dit que les israéliens étaient tous des racistes mais que l’administration israélienne était raciste. Tollé générale du côté des journalistes de RFI qui dénoncent des propos "inacceptables" (SNJ et CFDT). sic !
Lundi matin, lors d’un point de presse, le porte-parole du quai d’Orsay, monsieur Hervé Ladsous, en remet une couche en disant que "tel est bien aussi notre opinion".

Le SNJ a demandé au pdg de RFI, monsieur Antoine Schwartz, « d’en tirer les conséquences". Manifestement, le feu vert du ministère des Affaires étrangères a été le coup fatal.
Mais où se cache le SNJ quand on fracasse un malien dans les locaux de la police des frontières, quand on attaque les mosquées ? Nulle part, bien entendu ...
Honte à eux !

On se fait insulter par le gros baril d’Ariel qui ose clamer haut et fort que la France est un pays dangereusement antisémite et qu’il faut que les Juifs fuient ce pays de fous furieux pour trouver la sérénité en Israël (tu parles !) ; surtout dans les colonies, tiens donc ! Histoire de continuer à pourrir la vie aux Palestiniens et à la voler leur terre aux sus de tous. Et en guise de bras d’honneur on envoie ces jours-ci notre ministre des Affaires extérieurs faire le guignol alors que Tsahal vient de terminer une énième opération de purification ethnique en rasant près d’une centaine de maison dans le camp de Jaffah, au nord de la bande de Gaza, de manière préventive, on ne sait jamais ... une pierre qui tomberait sur un blindage, ça peut rayer ...

J’ai rencontré Alain Ménargues à la fin de l’été pour m’entretenir avec lui au sujet de son livre sur la guerre du Liban. L’homme est rude dans ses propos, mais juste. Il ne fait de cadeau à personne, ni aux chrétiens, ni aux musulmans, ni aux israéliens. Et c’est là que la bas blesse ... Que l’on fracasse quelques nègres ou bicots dans nos cités, dans le métro, c’est pas grave, z’ont qu’à rentrer chez eux tous ces ploucs ! Mais que l’on ose dire que l’état d’Israël est raciste, ola !
Du temps de l’apartheid ne disait-on pas que l’Afrique du Sud était un pays raciste, xénophobe, honnis de tous ? Oui, et c’est à force de la dire que la donne a changé.

Israël qu’est-ce donc ? Un état religieux intégriste construit sur le même schéma que l’Arabie Saoudite. Tu es juif tu as tous les droits : acheter une maison, un appart, un terrain, un commerce ; tu as un passeport, du blé, tu manges à ta faim. Tu as arabe (donc souvent originaire du bled, pas comme tous les autres venus des quatre coins du monde) tu n’as que le droit de te taire ... ou de partir. Tu n’as pas le droit à la propriété, tu n’as pas le droit de construire, d’acheter un commerce, d’avoir un passeport, de voyager, d’exprimer tes opinions, etc. Tu la fermes ! ...
Je ne dois pas avoir la même notion de l’égalité démocratique mais pour moi cela est le signe du racisme.

Israël est, selon moi, un état raciste. Et en l’état, je le condamne, je le vomis, je le combattrais toujours ... Il n’y aura jamais de répit tant que la religion dominera cette administration de fanatiques dangeureux. Il n’y aura jamais de paix tant que les frontières de 1967 ne seront pas respectées. Il n’y aura jamais de clémence envers ce pays dictatorial qui nie l’ONU et ne jure que par les USA, la violence, la domination du blanc sur l’indigène ...

La question alors qui se pose : Vais-je devoir démissionner du Mague ?

Alain MENARGUES a débuté sa carrière au début des années 1970. Il fut notamment grand reporter entre 1981 et 1997 en Asie, Afrique, Amérique du Sud et Moyen-Orient ; puis envoyé spécial permanent au Moyen-Orient pour les stations de Radio France. Il est ensuite chargé de mission à la Direction Générale de Radio France de 1997 à 1999, grand reporter entre 1999 et 2001, puis rédacteur en chef de la tête de réseau de France Bleu. Alain Ménargue a également collaboré à Paris Match, Sciences & Avenir, Radio Canada, Radio Suisse Romande et au Figaro Magazine.
Il "était" Directeur Général adjoint chargé de l’information et des antennes de RFI ; et Vice-président de RMC Moyen-Orient.

Source : http://www.lemague.net/dyn/spip.php?article902

Note : je suppose que tous ces gars là sont ensuite remplacer par des gars PRO KHONNERIES ISRAELIENNES....(meurtres de vieux, de femmes et d'enfants, confiscations de Terres, destructions de maisons, viols, tortures de palestiniens civils, etc etc et j'en passe des khonneries incessantes d'Israel en non respect des LOIS INTERNATIONNALES)

_________________
L'élégance du Temps est celle qui démêle les structures de l'Espace qui ont masqué l'Amour à lui même (James des WINGMAKERS)

http://mysthyc.hautetfort.com/archive/2007/05/29/sciences-occultees.html
avatar
OYABIO
Admin

Messages : 1813
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : SA VOIE

Voir le profil de l'utilisateur http://rvlations.forum-actif.info

Revenir en haut Aller en bas

Re: ISRAEL n'aime pas qu'on lui montre ses propres khonneries

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum