RVELATIONS

VIDEO SURVEILLANCE, qui SURVEILLE vraiment ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

VIDEO SURVEILLANCE, qui SURVEILLE vraiment ?

Message  OYABIO le Jeu 7 Oct - 15:23

Les attentats du 11 Septembre 2001, (perpétrés sans plus aucun doute par les NEO CONS du sein même de l'intelligencia Etats Uniennes et Israelienne http://rvlations.forum-actif.info/les-mensonges-de-la-theorie-officielle-sur-le-11-septembre-2001-f17/ ) ont été le prétexte à une vaste opération de rédution des libertés publiques et de nuisance à la cohésion sociale par la destruction systématique des services publiques pour les remplacés par des entreprises privées. Dès Novembre 2002, le nouveau pas a été franchi par George W. Bush jr, au nom de la "sécurité intérieure". L'administration Bush a fait établir un système de surveillance baptisé "Total Awareness Information System", qui légalise ce qui se pratiquait déjà illégalement il y a quelques années avant.

Le système a pour fonction d'explorer toutes les bases de données de la planète pour réunir toutes les informations sur la vie privée de l'ensemble des citoyens américains, et probablement aussi des citoyens de tous les autres pays du monde. Plus rien de ce que nous faisons ne sera ignoré par ce super BIG BROTHER en marche pour faire que les dominants actuels conservent leur DOMINATION et l'accroissent:

Tout doit pouvoir être pour eux TRANSPARENT, email, fax, communication téléphoniques, comptes bancaires, soins médicaux, achats de billets d'avion, abonnements à des journaux ou magazines, consultations de sites web, vidéos surveillance dans les rues, les magasins, puces RFID sur les choses, les animaux et les gens...Bref vous l'aurez compris, ils veulent nous mettre une camisole electronique et c'est à cela qu'ils travaillent depuis longtemps et dont nous commençons à peine à en voir les effets.....dans nos rues et bientôt dans nos appartements avec les NOUVEAUX COMPTEURS ERDF qui seront reliés tous à l'internet...( voir le dossier ici http://rvlations.forum-actif.info/big-brother-et-ses-atteintes-aux-libertes-individuelles-f27/l-energie-box-le-nouveau-compteur-edf-erdf-t57.htm )



Ici nous aborderons plus particulièrement la VIDEO SURVEILLANCE qui se fait de plus en plus omniprésente dans nos existence et pour nous dit on notre SECURITE....mais en fait qui est derrière tout cela ???

En FRANCE quelques liens ici qui donnerons des pistes pour investiguer et comprendre à qui profite vraiment le GÂTEAU de la VIDEO SURVEILLANCE et de la SECURITE en général :

AN2V
L’AN2V est une association qui vise à établir un état de l’Art permanent de la vidéosurveillance urbaine en France. Pour ce faire, elle associe des entreprises privées et des collectivités (villes, intercommunalités…) intéressées par la vidéosurveillance urbaine. Elle organise depuis 2004 des rencontres thématiques réservées à ses adhérents.

Exemples de thèmes traités cette année :


La vidéosurveillance dans les petites communes,

La vidéosurveillance urbaine intelligente,

La vidéosurveillance urbaine est-elle liberticide ?

La vidéosurveillance dans le monde,

Les coûts de la vidéosurveillance urbaine.


Elle a également orgénisé les 3èmes Assises nationales de la Vidéosurveillance en février 2009.

En 2008, l’association s’est développée en recrutant un chargé de mission. Cela lui permet notamment de proposer de nouveaux services :


Formation d’élus, de cadres du secteur public ou privé,

Conseil en amont des projets,

Evaluation technique et organisationnelle des systèmes.

L’association regroupe aujourd’hui 70 entreprises privées et plus de 180 collectivités. Ce succès devrait permettre à l’AN2V de constituer prochainement un annuaire des professionnels œuvrant dans le domaine de la vidéosurveillance.

Le site web de l’AN2V vous apportera toutes les informations utiles sur nos activités : www.an2v.org

**************************************************************

GPMSE (Groupement Professionnel des Métiers de la Sécurité Electronique)
Le GPMSE a pour vocation la représentation et la promotion des entreprises de sécurité électronique exerçant des activités de télésurveillance, d'installation et de maintenance de systèmes de détection d’intrusion, de contrôle d’accès et de vidéosurveillance.

Il est en relation avec les instances officielles nationales et européennes.

Le GPMSE anime des commissions techniques sur la vidéosurveillance, la télésurveillance, le contrôle d'accès, la formation.

GPMSE
17 rue de l’Amiral Hamelin
75116 PARIS
Tél. : +33 (0)1 45 05 71 71
Fax : +33 (0)1 45 05 71 87
secretariat@gpmse.com
www.gpmse.com

************************************************************

Biometrie-Online
Biometrie-Online est un portail francophone conçu pour encourager et soutenir l'échange d'information sur les technologies biométriques.

Le but de Biometrie-Online est d'agir en tant que plateforme pour la promotion et la compréhension des technologies biométriques.

Biometrie-Online fournit gratuitement des informations sur les solutions biométriques, les fournisseurs, les nouvelles, des liens utiles, les événements et un groupe de discussion.

www.biometrie-online.net

*****************************************************

filrfid, le fil rouge de la RFID
Recommandé par de nombreux annuaires professionnels et par la Commission Européenne, partenaire de nombreux salons, filrfid, le fil rouge de la RFID est le site de référence lorsqu’il s’agit de s’informer, comprendre, s ‘éduquer en matière de RFID, NFC, RTLS, M2M, Internet des objets. Mis à jour quotidiennement, il vous propose plus de 1500 articles, livres blancs, vidéos sur les solutions RFID actives et passives. Ce quotidien est aussi l’émanation de la FILRFID (Fédération francophone des Industries, intégrateurs, conseils et éditeurs de Logiciels RFID), laquelle regroupe une bo nne centaine d’acteurs de ce secteur. Outre ce premier site d’informations, filrfid est également présent sur Twitter où il propose en moyenne une cinquantaine de liens vers d’autres sites et articles, ce chaque semaine. Vous cherchez une solution RFID/NFC en matière de sécurité, vous vous demandez ce que les dispositifs ZigBee ou Wavenis peuvent vous apporter, vous voulez comprendre ce qu’est la localisation en temps réel et ses avantages sécuritaires, alors lisez www.filrfid.org ! La référence RFID, en accès libre.

filrfid, c’est aussi :
- un wiki
- une WebTV (ouverture fin septembre)
- un portail professionnel (www.filrfid.fr)
- un groupe de discussion
- un rendez-vous mensuel pour parler de vos projets avec des professionnels (les mercredis de la RFID)
- des formations à RFID
- et bien d'autres services

Mots-clé : RFID, NFC, RTLS, Géolocalisation, Machine2Machine, Internet des objets…

P.S. FILRFID réalise des cahiers des charges type pour les fédérations professionnelles. Il en a récemment réalisé un pour la Fédération Française du Bâtiment concernant le vol sur chantier, en prépare un pour les musée, un autre pour l’industrie du bois. Si votre fédération est intéressée, contactez filrfid@gmail.com

***********************************************************

Vidéosurveillance Infos
Permettre aux collectivités de réussir au mieux leurs projets, via des informations fiables et des débats constructifs.
La lettre Vidéosurveillance Infos, bi-mensuelle, a pour objectif de permettre aux collectivités qui ont un projet, de le réussir au mieux, via des informations fiables et des débats constructifs (intérêt, efficience, coût, éthique…). Elle a également pour volonté de s’adresser aux collectivités, associations ou toute institution hostiles à la mise en place d’un tel dispositif. En parallèle de cette lettre, un site www.videosurveillance-infos.com permet la continuité des débats et apporte des informations quotidiennes, via différentes rubriques (actualités, réglementation, technologie…). Cet outil interactif favorise le partage des expériences mais aussi des réflexions. Il est fait pour vous et par vous. Alors n’hésitez pas à y contribuer !



Sincery-Ties
Lettre Vidéosurveillance Infos
14, Avenue de Bellevue
92340 BOURG LA REINE
France
Tél. : +33 (0)145 474 067
Fax : +33 (0)955 316 615
vcadieu@videosurveillance-infos.com
www.videosurveillance-infos.com

************************************************************


_________________
L'élégance du Temps est celle qui démêle les structures de l'Espace qui ont masqué l'Amour à lui même (James des WINGMAKERS)

http://mysthyc.hautetfort.com/archive/2007/05/29/sciences-occultees.html
avatar
OYABIO
Admin

Messages : 1813
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : SA VOIE

Voir le profil de l'utilisateur http://rvlations.forum-actif.info

Revenir en haut Aller en bas

Infiltration dans les lobbys de la vidéosurveillance

Message  OYABIO le Jeu 7 Oct - 16:24

Le mercredi 16 juin 2010, les marchands de peur se retrouvaient pour un séminaire sur la « prévention de la délinquance et la lutte contre l’insécurité ».

Cette réunion à huit-clos se tenait au Cercle National des Armées, établissement public destiné aux rencontres d’officiers et à l’accueil des « hôtes » du ministère de la Défense. On l’avait peut-être oublié malgré les patrouilles du plan Vigipirate ou l’usage de drones militaires lors d’opérations policières mais la prévention de la délinquance et la lutte contre l’insécurité sont de plus en plus réfléchies comme des questions militaires.

Élus des collectivités territoriales, responsables de polices municipales, adjoints aux maires venaient donc entendre, dans ce palace militaire, les argumentaires de vente de divers « spécialistes » en sécurité urbaine : un promoteur de solutions de vidéosurveillance, un préfet, un responsable de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales*, un responsable de l’office HLM des Hauts-de-Seine, le monsieur sécurité d’un organisme de formation professionnelle.

Symbole vivant de ce mélange des genres, un des intervenants que vous allez entendre est à la fois consultant en sécurité, vice-président d’un lobby de collectivités européennes (le « Forum européen pour la sécurité urbaine »), élu de Roubaix et de l’agglomération Lilloise (Roubaix lui doit l’installation des caméras dans ses rues) !

Au cercle des armées, un détournement de fonds a été commis en toute impunité.

Comme le partage du butin ne peut pas attendre, le séminaire s’ouvrait sur les priorités de répartition du Fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD). Ce sont donc 36 millions d’euros** qui sont destinés aux collectivités locales en 2010 dont 30 qui reviendront directement dans les poches des lobbys sécuritaires pour développer la vidéosurveillance.

La principale table ronde du séminaire avait la charge de présenter aux élus et acteurs publics le monde merveilleux et resplendissant des technologies de surveillance et de la prévention situationnelle (c’est-à-dire l’aménagement urbain, selon une priorité sécuritaire, ayant pour but de restreindre l’appropriation de l’espace public par tout un chacun).

L’auditoire aura probablement l’envie d’approfondir ce qu’il a appris au cours de cette réunion Tupperware© d’un genre particulier.

Ça tombe bien, la société privée organisatrice du séminaire, France Action Locale, (filiale du Group Demos, « acteur global de la formation professionnelle ») est spécialisée dans la formation d’élus et agents territoriaux. Son catalogue propose notamment des sessions pour apprendre à prévenir et sécuriser son quartier contre la délinquance urbaine***.

Intervenant du séminaire, Dominique Legrand, gourou de l’AN2V (important lobby de la vidéosurveillance en France), est aussi fondateur de Technoman Ingenierie (société qui installe actuellement les caméras de Grenoble) : nul doute qu’il remerciera le gouvernement pour sa contribution financière et idéologique si généreuse à la croissance de son business.

À longueur de colloques et de séminaires, d’assises et de salons professionnels, l’industrie sécuritaire diffuse depuis des années son idéologie mortifère et liberticide auprès des décideurs locaux. Ces lobbyistes nous enferment dans un univers qui se doit d’être terrifiant pour qu’ils puissent y apporter leurs solutions « adaptées » – « banalisées » et « naturalisées » par un matraquage publicitaire ininterrompu. Leur business prospère au détriment de notre liberté.

Refusons leur vision sécuritaire du monde,
combattons leur idéologie, pas d’argent pour ces rapaces !

Et comme combattre est aussi savoir, nous nous sommes infiltrés au milieu de tout ces experts du sécuritaire, spécialistes de la vidéosurveillance, adeptes du portique de sécurité dans les écoles et de la biométrie pour tous. Pénétrer dans cette enceinte militaire, dans ce contexte particulier fut si facile que déjà se pose la question du niveau réel d'intelligence de tout ces fumeux experts autoproclamés en sécurité ???.

Nous avons déjà eu plus de mal à entrer dans des boites de nuit parisiennes.

Mélangé à la centaine d’élus présents, nous avons donc enregistré cette matinée de propagande sécuritaire soutenue d’une même voix par les intervenants PS et UMP.

Puis nous sommes sortis tout aussi tranquillement avant que commence à midi, le gavage alimentaire des élus. Nous vous livrerons bientôt ces enregistrements.

* observatoire dépendant du ministère de l’intérieur dont l’indépendance technique est assuré par un conseil d’orientation dont plusieurs membres, jusqu’à son président, ont des intérêts financiers au développement du sécuritaire.

** sur un total de 49 millions, contre 37 millions en 2009. En 2010, il a fallu empêcher le basculement des fonds destinés à la prévention et à l’aide aux victimes (13 millions) vers la vidéosurveillance. Les 36 millions sont constitués à partir du fonds récolté sur les contraventions routières. (ah bein voila on sait à quoi servent les RADARS, et la repression routière, c'est pas vraiment pour qu'il y ait moins de morts, mais parce que cela RAPPORTE GROS pour autre chose....wi wi wi.)

*** le séminaire est considéré comme une formation et donc financé sur argent public (entre 390 et 510 euros la journée par personne suivant la taille de la collectivité). Cette journée aura donc couté pour 100 élus au minimum 39 000 euros

Bref nos impots servent à notre futur et celui de nos enfants, d'aliénés, lobotomisés, esclaves du Marché, dans un Monde Glacial d'hommes en perte d'Humanité.....BIG BROTHER......

Source : http://www.paris-sans-videosurveillance.fr/spip.php?article234

_________________
L'élégance du Temps est celle qui démêle les structures de l'Espace qui ont masqué l'Amour à lui même (James des WINGMAKERS)

http://mysthyc.hautetfort.com/archive/2007/05/29/sciences-occultees.html
avatar
OYABIO
Admin

Messages : 1813
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : SA VOIE

Voir le profil de l'utilisateur http://rvlations.forum-actif.info

Revenir en haut Aller en bas

Re: VIDEO SURVEILLANCE, qui SURVEILLE vraiment ?

Message  OYABIO le Jeu 7 Oct - 17:02

Selon les statistiques du ministère de l'Intérieur, les 150 entreprises qui se partagent le marché français, dont le chiffre d'affaires est estimé à 2 milliards de francs, auraient vendu plus d'un million de caméras de vidéosurveillance.

En France, la loi Pasqua de 1995 exige, au titre de la protection des libertés publiques, que tout système soit dûment autorisé par une commission préfectorale avant que d'être installé. mais dans les faits, les autorisations sont quasiment toutes accordées sans faire de gros examens des demandent :

en 1999, sur 4494 dossiers déposés, 4206 ont été validés, soit 93.6%...

Depuis l'adoption de cette loi, 40 000 autorisations ont ainsi été délivrées sur le territoire national.

Sauf que les professionnels reconnaissent installer entre 25 et 30 000 nouveaux systèmes chaque année, et qu'on estimait, en 1997, à 150 000 le nombre d'installations de vidéosurveillance en activité, et à 200 000 celui des lieux vidéosurveillés...

Au bas mot, ce sont donc plus de 100 000 systèmes, au moins, qui fonctionneraient en toute illégalité, et qui donc encourent une peine de 300.000 francs d'amende.

Faut-il rappeler que le discours sécuritaire qui préside généralement à l'installation sans cesse croissante de caméras de vidéosurveillance repose sur le postulat qu'un honnête citoyen n'a, a priori, rien à se reprocher, et donc rien à cacher ?

Pour Alain Bauer, consultant réputé pour avoir contribué au développement de la vidéosurveillance en France, "la véritable interrogation sur le sujet c'est : pourquoi l'Etat ne fait pas fermer les installations illégales ? ".

L'administration au service de la police
Pendant quatre ans, Ulrich Schalchli, secrétaire général du syndicat de la magistrature, a studieusement siégé au sein de la commission départementale du Cantal et observé les limites de l'application de la loi. Il se souvient avoir procédé à quelques vérifications éthiques dans des établissements vidéosurveillés. Mais, constate le magistrat, " la commission n'a pas de pouvoir de police. Elle ne peut donc en aucun cas verbaliser les dispositifs manifestement illégaux ".

De plus, " lorsqu'un dossier est soumis à la commission, tout y est décrit. Le nombre de caméras, leur champ de balayage, les lieux exacts d'implantation. Seulement, une fois l'autorisation obtenue, rien n'empêche l'établissement de changer par exemple l'angle des caméras ".

Résultat, alors que, selon Frédéric Ocqueteau, politologue et directeur scientifique auprès de lIHESI (Institut des hautes études de la sécurité intérieur), "l'administration se fait le porte-parole des intérêts des polices publiques" et incite, par exemple, à une conservation des enregistrements la plus longue possible en prévision de l'analyse que feront les forces de l'ordre de la genèse des incidents, depuis des années, un cadre juridique sur mesure permet le développement sans contrôle réel de la vidéosurveillance.

Exit la CNIL pour protéger les Libertés Individuelles, bonjour les préfets !

Pour mieux comprendre cette zone de quasi "non-droit", il faut en revenir à la Loi Pasqua. Au début des années 90, les 96 caméras installées par Patrick Balkany dans les rues de Levallois attisent la critique. Elles sont aussi l'occasion pour le gouvernement de faire un constat : la vidéosurveillance, en pleine expansion, se développent en dehors de tout cadre légal. Les amitiés politiques aidant, Charles Pasqua, alors ministre de lintérieur, présente un projet de loi sur la sécurité qui réglemente, notamment, lusage de la télésurveillance.

Sujet de vive controverse, cette loi a suscité des débats houleux dans lenceinte de lAssemblée. La compétence de la CNIL (Commission de linformatique et des libertés) était alors en question.

Finalement la loi est adoptée le 21 janvier 1995. Elle soumet la vidéo surveillance instaurée dans les lieux publics, ou ouverts aux publics (banques, commerces etc.), au seul contrôle de la préfecture. " La loi Pasqua a été perçue à lépoque comme étant faite pour priver la CNIL dune compétence qui ne lui était pas contestée. Mais le débat parlementaire qui avait alors eu lieu, avait heureusement permis daméliorer le projet de loi " analyse Joel Boyer, le secrétaire général de la Cnil.

En effet, le délai de conservation des images, de trois mois à lorigine, est ramené à un mois et les citoyens ont un droit daccès aux images... Enfin en théorie. Car la loi entretient la confusion. Le public continue souvent de penser que les caméras relèvent toujours de la compétence de la Cnil et exerce peu son droit de regard : seules 19 plaintes émanant de citoyens ont été instruites en 1999 !

Quant à la présence de caméras dans les rues de nos villes, elle nest pas clairement affichée. La loi qui exige une " information claire et permanente " du citoyen nest pas réellement appliquée.

Qui pourrait dire, ainsi, en se baladant dans les rues de Paris, que la "ville Lumière" est éclairée de... 320 000 caméras (pour un total de 400 000 sur toute la région parisienne) ? Encore que les chiffres varient : le Figaro parlait ainsi récemment de... 2512 systèmes de vidéosurveillance, soit 30 000 caméras.

Allez savoir : à tout le moins, tout ceci manque clairement de transparence, la préfecture de police de Paris ayant obstinément refusé de répondre à nos questions.

Si la RATP, qui a tapissé son réseau de 5000 caméras (et compte en installer 3000 de plus) affiche clairement la couleur, comme nombre de magasins ou de banques, il n'est ainsi nulle part fait mention de l'existence des caméras contrôlées par la Préfecture de Police de Paris...

Après avoir conquis les banques, les administrations, les centres commerciaux, supermarchés, supérettes, magasins divers et variés, la vidéosurveillance s'étale pourtant dans la rue, mais pas forcément au grand jour.

Selon un sondage CSA/Reader's Digest de mars 2000, 62% des Français n'ont pourtant "jamais ou rarement l'impression d'être filmés" dans les lieux publics. C'est qu'elles sont nombreuses, les villes qui nous ont refusé l'accès à la carte de leurs caméras, alors même que tout système se doit d'être porté à la connaissance du public....selon la loi

A priori, pourtant, il est généralement possible de les repérer à l'oeil nu, exception faites de ces caméras qui, à l'instar de celle qui se cache au sommet de l'obélisque de la Concorde, ou encore de l'ange placé tout en haut de la colonne de la Bastille, ont été soigneusement camouflées. Mais pourquoi les cacher ?

Parce qu'elles pourraient être détériorées, nous a t-on parfois répondu. Mais quid de la loi ? La préfecture de Bordeaux s'est même fendu d'un définitif "ce n'est pas parce que c'est dans la loi qu'on va vous la donner". C'est dire à quel point la vidéosurveillance n'est pas du tout bien encadrée par le droit et que chacun chacune fait ce qu'il veut, sans craintes d'aucunes sanctions !

Cette culture du secret, et de l'impunité avec laquelle il est possible d'user de vidéosurveillance (d'autant qu'elle n'est plus encadrée par la CNIL) se double d'une question encore jamais clairement résolue : à qui profite réellement la vidéosurveillance ?

Car si le thème récurrent de linsécurité, abordé par les élus, sert le développement toujours constant de la télésurveillance, le bénéfice éventuel du vidéo flicage sur la délinquance na jamais vraiment été démontré. " Il ny a jamais eu études convaincantes en France sur ce sujet tout simplement parce quil y a une grande controverse sur les protocoles de recherche.

Sur quels contentieux se base-t-on pour évaluer lefficacité du système : les vols, les agressions, les cambriolages ?

Aussi, faute de savoir ce que lon mesure, les lobbies industriels trouvent dans la vidéo surveillance un argument attractif car porteur de valeur de sécurité " explique Frédéric Ocqueteau.

Les sociétés privées poussent à la consommation, d'autant qu'elles sont souvent juges et parties, effectuant elles-mêmes les audits que prévoient les Contrats Locaux de Sécurité (CLS), avant que de proposer des solutions qu'elles ont justement l'heureux bohneur de commercialiser.

Lancés en 1997 dans le cadre de la police de proximité, les CLS amènent ainsi préfets, procureurs de la République et maires à collaborer étroitement avec des sociétés privées pour combattre le sentiment d'insécurité.

Les collectivités espèrent ainsi pallier un manque deffectif par linstallation de systèmes performants (au service des polices municipales) qui, faute daugmenter la sécurité, rassurent le chaland.

De l'aveu même de l'ancien maire de Levallois-Perret, la vidéosurveillance ne supprime pas la délinquance, mais se contente de la déplacer dans les quartiers périphériques ou les endroits non surveillés, poussant ainsi à l'implantation de toujours plus de caméras.

Les atteintes à la vie privée et au droit à limage ont visiblement perdu de leur impact sur le public...et ne sont pas les mêmes pour tous et toutes selon que l'on est riches ou pauvres....les RICHES peuvent faire des proçes, alors que les pauvres ont le droit d'être filmés à leur insu sans qu'ils puissent avoir accès à leur image....

Les EMISSIONS de TV REALITE, sont des centres de formation à la soumission, déguisés comme du divertissement

Une étude anglaise a montré que les jeunes femmes, de préférence séduisantes, sont le principal centre d'intérêt de ceux qui sont payés pour surveiller les images, suivies de très près par les jeunes d'origine immigrée. Si elle sert essentiellement à rassuré leurs clients, la vidéosurveillance lorgne également du côté du contrôle social.

En témoigne l'évolution de l'implantation des caméras. Autrefois réservée aux seuls quartiers chics, la vidéosurveillance est aujourd'hui de plus en plus implantée dans les quartiers défavorisés, en face des centres scolaires, de quartier ou de loisirs, ou encore des stades.

Le discours sécuritaire ambiant, qui stigmatise de plus en plus les jeunes, les pauvres se fait parfois explicite.

Le CLS d´Asnières, qui prévoit l'installation de caméras, fait ainsi de la "lutte contre la déviance des mineurs" son axe prioritaire. Un programme a donc été lancé avec pour objectif la "détection et la prévention de l´agressivité précoce des enfants" à l´école maternelle et élémentaire !

Aux Etats-Unis, ainsi, de plus en plus de crèches s'équipent de webcams de vidéosurveillance, quand ce ne sont pas les parents qui installent des caméras en vue de "fliquer" les nourrices.

Autant dire que la banalisation de la vidéosurveillance domestique touchera de plein fouet les futures générations. Déjà que leurs parents ne réagissent pas...

Car si les collectifs anti-vidéosurveillance s'activent, en témoigne la journée d'action nationale prévue pour le 9 juin 2001, ils ne rencontrent pas forcément l'assentiment du grand public, somme toute blasé, sinon domestiqué. C'est qu'entre-temps, la vidéosurveillance s'est banalisée, par les émissions de TELE REALITE où l'on voit des gens vivre, aux yeux voyeurs de tous et toutes, dans un environnement particuliers......... et du spectre menaçant d'un état policier à la BIG BROTHER, on est aujourd'hui passé à l'ère de la banalisation de ce genre de flicage domestique, d'aucuns parlant même de "société de la surveillance".

Pour Jean-Pierre Petit, de "Souriez, vous Etes Filmés !", "après la version policière de la surveillance, voici venu le temps de l'apprentissage culturel de masse, l'avènement de "Loft Story" et autres clones de TV REALITE vont dans ce dispositif de servir de centres de formation de masse à la soumission, par la banalisation d'avoir son image filmée par des gens que l'on ne voit pas.

Une véritable panoplie totalitaire s'installe peu à peu avec notre libre consentement par omission de faire respecter nos libertés et notre droit à l'image quand cela nous concerne et cela concernera tous et toutes tôt ou tard, si nous ne réagissons pas à la MENACE SERIEUSE qui se précise de plus en plus pour les yeux agueris à reconnaitre quand ceux qui votent les lois ne leurs obeissent pas et ou ne les font plus respecter quand cela sert leurs propres intérets......

Source : http://www.bugbrother.com/archives/videosurv.html

SOURCE

_________________
L'élégance du Temps est celle qui démêle les structures de l'Espace qui ont masqué l'Amour à lui même (James des WINGMAKERS)

http://mysthyc.hautetfort.com/archive/2007/05/29/sciences-occultees.html
avatar
OYABIO
Admin

Messages : 1813
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : SA VOIE

Voir le profil de l'utilisateur http://rvlations.forum-actif.info

Revenir en haut Aller en bas

Re: VIDEO SURVEILLANCE, qui SURVEILLE vraiment ?

Message  OYABIO le Jeu 7 Oct - 17:13

Dix premières sociétés de vidéosurveillance en France

Schneider Electric dont Didier Pineau-Valencienne est le président d'honneur en plus de sa casquette de président de l'AFEP et aussi membre de L'IFRI (Institut Français des Relations Internationales) http://www.syti.net/Organisations/IFRI.html qui est l'un des 3 "think tanks" (ou "club de réflexion") les plus influents en France, avec "Le Siècle, mini groupe BILDELBERG à la Française" http://www.syti.net/Organisations/LeSiecle.html et la "Fondation Concorde" http://fr.wikipedia.org/wiki/Fondation_Concorde
. Comme son nom l'indique, l'activité de l'IFRI est orientée vers la politique internationale, ce qui inclut des questions comme l'économie, la mondialisation, ou les méthodes de "gouvernance". L'IFRI rassemble des personnalités politiques de droite et de gauche, des patrons de grandes entreprises, et quelques universitaires.

En plus des adhésions de ses membres, l'IFRI est financée par les dons des plus grandes entreprises françaises et de quelques entreprises européennes et américaines. La liste de ces entreprises est impressionnante. On y retrouve presque toutes les sociétés du CAC 40.

Spie http://www.spie.com/a-propos-de-spie2/spie-dans-le-monde1.html

NextiraOne http://fr.wikipedia.org/wiki/NextiraOne présence directe dans 17 pays européens? Soutenu par plus de 100 partenaires dans le monde entier, etc, etc.... http://www.channelnews.fr/actu-societes/79/762-nextiraone-cree-une-filiale-dediee-au-conseil.html

Anaveo : Anaveo est la nouvelle marque commerciale qui représente le rapprochement entre CST France et Digital Vision. Les deux entreprises ont en effet décidé d'unir leurs forces face à l'évolution du marché de la vidéosurveillance devenu mature, concurrentiel et de plus en plus technologique. http://www.lejournaldesentreprises.com/editions/69/actualite/entreprise-du-mois/anaveo-la-videosurveillance-passe-les-frontieres-02-07-2010-100204.php

Honeywell une entreprise des États-Unis ordinateur qui se trouve également être la société mère de Alliant Tech Systems, l’un des plus grands fabricants de produits de mines terrestres dans le monde...en cheville serée avec le Groupe Bull, « qui fait partie de l’Etat holding qui se trouve au coeur de la France d'un formidable complexe militaro-industriel ».
Groupe Bull, à son tour, a concentré son attention sur Honeywell -
Loin d'être en compétition, il semblerait que Honeywell et le Groupe Bullont formé un partenariat. Pendant les années 1980, ils ont travaillé ensemble en tant que sous-traitants sur plusieurs projets, éventuellement à constituer un ordinateur d'entreprise dénommée Honeywell-Bull.

Il ne serait pas inconcevable alors,de dire que le Groupe Bull travaille en tandem étroit avec Honeywell sur certains projets, tout comme la DGSE collabore souvent avec la CIA. Elles sont en concurrence, mais ils partagent aussi certains intérêts communs et des ennemis communs.......voir l'article « Le Cercle Pinay et de déstabilisation en Europe », homard 18, Royaume-Uni, Octobre 1989).....Qu'est ce que le CERCLE PINAY ??? http://www.voltairenet.org/article12838.html

Sonepar http://fr.wikipedia.org/wiki/Sonepar qui est un groupe là encore de dimension mondiale. 160 sociétés implantées dans 36 pays et 5 continents. Le groupe se situe au coeur d'un marché mondial de 140 milliards d'euros, à fort potentiel de développement en raison des applications croissantes d’équipement électrique, de l'évolution de la technologie des produits et des besoins en nouveaux services. La fortune des familles Coisne et Lambert est estimée en 2009 à 1500 M€ (27ème en France).

Aasset Security : Concepteur de Vidéosurveillance EUROPPEEN travaillant avec IOIMAGE, le pioneer de la video intelligente et aussi soutenu par le géant informatique SAMSUNG...

Cegelec http://fr.wikipedia.org/wiki/Cegelec ce même groupe Cegelec qui appartient depuis avril 2010 au groupe Vinci qui est un des leaders mondiaux du BTP ( Batiments et Travaux Publics).

Flir Systems basée in Wilsonville, Oregon, USA est une ENTREPRISE de fabrication d'appareils à imagerie thermique (infrarouge) qui fait aussi des caméras thermiques, des composants d'imagerie thermique, ainsi que les grands systèmes contenant des imageurs thermiques ainsi que d'autres capteurs, pour des applications commerciales et militaires [2]. FLIR (forward-Looking Infrared) [3] est une composante de l'indice S & P 500 avec des revenus annuels de plus de USD 1 milliard de dollars par an à partir de 2009. La compagnie a eu plusieurs scandales comptables et des revendications sur sa comptabilité frauduleuse. [4] [5] En 2009, Earl R. Lewis est le premier dirigeant, le président du conseil et président de la société emploie 1.900 personnes dans le monde

ils ont acheté Inframetrics Inc du Massachusetts pour 48 millions de dollars


Eryma Philippe Malterre, PDG d'Eryma Security Systems. http://www.eryma.com/Pages/home.aspx

ADT Que signifie ADT on ne le sait pas ici

source : http://encours.blog.lemonde.fr/2010/10/07/bloc-notes-boom-de-la-videosurveillance-qui-se-place-bien-sur-ce-marche/

Puis il a ORANGE qui cherche aussi à entrer sur le Marché de la VIDEO SURVEILLANCE : http://encours.blog.lemonde.fr/2010/10/14/videosurveillance-orange-avance-a-petits-pas/

être à la fois FOURNISSEURS d'ACCES à INTERNET et s'occuper de VIDEO SURVEILLANCE nous fait nous poser quand même quelques questions quant à la BIG BROTHERISATION de la société.....qui avance à grand pas, en se servant de la PEUR et aussi de la SECURITE, appelée " TRANQUILITE " par ORANGE....comme si on pouvait être tranquille devant une surveillance permanente des citoyens et des citoyennes et ce dans tout ce qu'ils et elles font......????

_________________
L'élégance du Temps est celle qui démêle les structures de l'Espace qui ont masqué l'Amour à lui même (James des WINGMAKERS)

http://mysthyc.hautetfort.com/archive/2007/05/29/sciences-occultees.html
avatar
OYABIO
Admin

Messages : 1813
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : SA VOIE

Voir le profil de l'utilisateur http://rvlations.forum-actif.info

Revenir en haut Aller en bas

Re: VIDEO SURVEILLANCE, qui SURVEILLE vraiment ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum