RVELATIONS

CHOMEURS les Fables à leur sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CHOMEURS les Fables à leur sujet

Message  OYABIO le Jeu 4 Sep - 10:52



http://www.solidaires.org/article48770.html

Alors que le nombre de chômeurs a augmenté de plus de 500 000 personnes depuis le début du quinquennat de François Hollande, M Rebsamen préfère tenter de s’attaquer au thermomètre plutôt qu’aux causes profondes de ce désastre social qui fait basculer une large partie de la population dans une grande précarité.

Dans le même temps alors que les dividendes versés aux actionnaires des grands groupes et des banques françaises entre 2013 et 2014 ont augmenté de plus de 30 %, le gouvernement multiplie les cadeaux au patronat comme le CICE et le pacte de responsabilité sans contrepartie s et surtout sans la moindre mesure de contrôles.

mais la REALITE est tout autre que ce que veut bien faire croire le Gouvernement, voyez plutot :

6 millions d'inscrits à Pôle Emploi et 9 millions de pauvres mais seulement 210.000 offres collectées par POLE EMPLOI (qui je le rappelle est une officine du Merdeff).



Honte à tous ces idiots de politicards qui avec un compte en banque bien garnis, issus de leurs fonctions publiques bien grassement payées par les IMPOTS payés par le PEUPLE, viennent cracher sur les pauvres, les chomeurs etc ...

SOUVENIRS de ce qui coûte le plus aux FRANCAIS, c'est pas les pauvres, mais les RICHES qui echappent aux impots


_________________
L'élégance du Temps est celle qui démêle les structures de l'Espace qui ont masqué l'Amour à lui même (James des WINGMAKERS)

http://mysthyc.hautetfort.com/archive/2007/05/29/sciences-occultees.html

OYABIO
Admin

Messages : 1805
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : SA VOIE

Voir le profil de l'utilisateur http://rvlations.forum-actif.info

Revenir en haut Aller en bas

Re: CHOMEURS les Fables à leur sujet

Message  OYABIO le Sam 6 Sep - 11:30

source http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/le-mauvais-proces-fait-aux-156384

L'offensive du gouvernement contre les chômeurs poursuit deux objectifs. Alors que le nombre de chômeurs de cesse de monter depuis l'arrivée de François Hollande au pouvoir, malgré quelques mesurettes destinées à limiter l'hémorragie, le ministre François Rebsamen pensait sans doute qu’il était utile de sous-entendre qu'une partie des chômeurs serait des feignants profitant du système. Ce faisant, François Rebs la RAMENE a repris tous les poncifs néolibéraux, notamment sur les emplois non pourvus, alors même qu'un travail sérieux démontre que le taux d’emplois vacants est faible en France (0,6% seulement). Mais pour une majorité incapable de faire baisser le chômage, ni d'en reconnaitre les vraies causes (evasion fiscale des gros riches, austerité à la con, arnaque de la dette veritable holdup des banksters sur l'argent de tous, etc...) cela peut créer un nuage de fumée pour camoufler les vrais problèmes.(inaptitude à gouverner, egoisme et cupidité, esprit de clans, d'elites, et de partis, imbécilité des gouvernants)

Donc un ministre "sous-évalue" sa déclaration de revenu mais un chômeur, lui, "fraude" les ASSEDIC. C'est chouette la langue française

_________________
L'élégance du Temps est celle qui démêle les structures de l'Espace qui ont masqué l'Amour à lui même (James des WINGMAKERS)

http://mysthyc.hautetfort.com/archive/2007/05/29/sciences-occultees.html

OYABIO
Admin

Messages : 1805
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : SA VOIE

Voir le profil de l'utilisateur http://rvlations.forum-actif.info

Revenir en haut Aller en bas

Re: CHOMEURS les Fables à leur sujet

Message  OYABIO le Dim 7 Sep - 14:19

source http://npa29.unblog.fr/2014/09/07/offres-demploi-non-pourvues-la-machine-a-fantasme-alter-eco/

350 000 offres d’emploi ne trouveraient pas preneurs selon le ministre du Travail.

Un chiffre qui alimente le discours sur la fraude bien qu’il ne repose sur aucune étude rigoureuse. «En France, 350 000 emplois ne trouvent pas preneurs». François Rebsamen, ministre du Travail, a repris à son compte une vieille polémi- que. Il y aurait donc en France un vivier d’emplois délaissés par des chômeurs plus prompts à vivre de l’assistanat qu’à rechercher activement un travail.

350 000 pour la rue de Grenelle, 400 000 pour le Medef, 500 000 pour Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle 2012, et même 600 000 pour certains journalistes: les emplois non pourvus suscitent fantasmes et envolées peu rigoureuses. Le chiffre avancé par François Rebsamen est d’autant plus surprenant que François Hollande lui-même reconnaissait l’an dernier que «personne n’a la véritable statistique». Comment l’expliquer?

Il faut tout d’abord distinguer les concepts d’emplois «vacant» et d’offres «non pourvues» trop souvent confondus. Eurostat définit un emploi vacant, traduction de l’anglais vacancy, comme un poste «nouvellement créé, non pourvu ou qui deviendra vacant sous peu et que l’employeur veut pourvoir immédiatement ou dans un délai déterminé». D’une part, il existe un délai incompressible qui correspond à la phase de recrutement. D’autre part, difficile pour un chômeur d’occuper «un poste qui deviendra vacant sous peu».

Peu d’emplois vacants en France Ces ""vacances"" d’emploi sont «mal définies et mal évaluées» selon une étude du Centre d’études de l’emploi. Yannick Fondeur et Jean-Louis Zanda, les deux auteurs, écrivent ainsi que «les vacances d’emploi correspondent […] à la photographie d’un stock d’emplois à pourvoir. […] Com- me en France une trentaine de millions de nouveaux contrats de travail sont conclus chaque année, il est naturel qu’on observe à un instant donné un grand nombre d’emplois vacants.»

Contrairement aux idées reçues, un pays qui affiche un taux d’emplois vacants élevé ne signifie pas qu’il est peuplé de chômeurs fainéants mais qu’il crée beau- coup d’emplois. C’est ce qu’enseigne d’ailleurs la courbe de Beveridge, qui illustre les écarts entre les besoins des employeurs et les souhaits des demandeurs d’em- ploi. C’est encore ce que confirment les dernières données fournies par Eurostat.

Le taux d’emplois vacants, c’est-à-dire le nombre d’emplois vacants rapporté au nombre d’emplois total, au premier trimestre 2014 en France était bien inférieur à la moyenne européenne. Autrement dit, si le taux de chômage est si élevé dans l’Hexagone, c’est parce qu’il n’y a pas d’emplois à occuper, et non parce que les chômeurs n’en cherchent pas. Le Portugal, l’Italie, l’Espagne et la Grèce sont dans la même situation. A l’inverse, l’Allemagne a, logiquement, le taux d’emplois vacants le plus élevé d’Europe.

4 % des offres ne trouvent pas de candidats Les emplois vacants ne disent cependant rien des difficultés de recrutement. Pour les estimer, il faut se tourner vers la notion «d’emplois non pourvus», ces offres d’emploi qui ont été retirées sans donner lieu à un recrutement. Pôle emploi qui collecte bon an mal an 3 mil- lions d’offres évalue à 116 000 le nombre d’offres qui n’ont pas trouvé preneur faute de candidats. Soit 4 % des offres au total. Certes, l’opérateur public ne cou- vre que 38 % des offres d’emploi en France. Faut-il pour autant extrapoler sur les offres restantes et tenter d’additionner les offres non pourvues des RegionsJob, Qapa.fr et autres Leboncoin.fr? Rien n’est plus hasardeux notamment parce qu’une même offre peut être publiée sur différents sites, surtout depuis l’émergence des réseaux sociaux.

Au regard des 3,4 millions de chômeurs de catégorie A, près de 5 millions pour les catégories A,B et C, le volume d’offres non pourvues reste donc très faible. Si, par bonheur, l’ensemble de ces offres trouvaient preneurs, elles ne parviendraient pas à faire baisser significativement le chômage de masse. Ce qui ne signifie pas qu’il faille se détourner du problème. D’autant que les raisons qui l’expliquent sont clairement identifiées.

Ce n’est pas parce qu’un poste existe qu’il peut être immédiatement occupé par n’importe quel chômeur. C’est notamment le cas des métiers en tension comme l’informatique ou les transports qui peinent à trouver des profils qualifiés. L’appariement entre offre et demande reste complexe.

François Rebsamen a reconnu qu’il y avait un problème «d’adéquation», les emplois proposés ne correspondant pas forcément aux compétences des demandeurs d’emplois. Pour résoudre cet écueil, le gouvernement a lancé deux plans successifs de 30 000 puis de 100 000 «formations prioritaires». «Fin 2013, l’objectif a été dépassé puisque 39000 inscriptions ont été enregistrées grâce au plan. Et au 31 juillet 2014, 57 263 formations supplémentaires étaient recensées dans les domaines du transport, de l’industrie ou des services à la personne», explique-t-on rue de Grenelle.

Confiant sur l’objectif à atteindre et sur les premiers résultats qualitatifs, 6 mois après leur sortie du dispositif, 65% des chômeurs formés occupent un emploi, le ministère du Travail n’a pas encore mesuré l’impact de ces initiatives sur le flux de 20% de demandeurs d’emploi qui entrent en formation chaque année. Un bilan de la Dares devrait y répondre prochainement.

Mauvaise cible Si certains postes ne trouvent pas preneur, c’est aussi en raison de la qualité des emplois proposés: horaires atypiques, temps partiels, faibles salaires, conditions de travail, éloignement géographique…Le déficit d’image dont souffrent certains secteurs comme l’hôtellerie, les métiers de bouche ou encore la métallurgie explique ce manque d’intérêt. Tout comme les exigences des employeurs en quête du candidat expérimenté parlant cinq langues pour un salaire de débutant. Enfin, il existe aussi en effet une minorité de demandeurs d’emploi qui ne recherchent pas activement un emploi.

Mais axer le discours sur les fraudeurs, mettre la pression sur les chômeurs et «renforcer les contrôles pour vérifier que les gens cherchent bien un emploi» comme le demande François Rebsamen ne peut pas apporter de réponse satis- faisante au problème des offres non pourvues. Sans compter que les sanctions existent déjà…

Pôle Emploi peut radier les chômeurs pour une dizaine de motifs différents dont le refus de deux «offres raisonnables d’emploi» consécutives. Des expérimentations sont également en cours dans plusieurs agences de la région Paca, de Poitou-Charentes, de Basse-Normandie et de Franche-Comté pour renforcer les contrôles. Depuis le lancement de l’opération à Manosque et Toulon à l’été 2013, seuls 6,5 % des contrôles ont débouché sur une radiation de 15 jours selon Le Monde

Contrôler les chômeurs et lutter contre la fraude est légitime mais jeter le discrédit sur l’ensemble des chômeurs et mettre en lumière la fraude sociale alors qu’elle est très faible comparée à la fraude fiscale des gros riches, provoque davantage de débats que de réels impacts positifs pour l’économie. La fraude à Pôle emploi ne représentait en 2012 que 0,84 % de la totalité de la Fraude en France. Ouvrir un autre front, celui des cohortes de demandeurs découragés qui ne s’inscrivent plus sur les listes, voire celui du taux de non recours aux allocations chômage, serait plus éclairant. Selon une enquête de la Dares de 2006, 12% des inscrits à Pôle Emploi (l’ANPE à l’époque) avaient des droits ouverts à l’indemnisation sans toutefois percevoir d’allocation. Un chiffre moins repris que les 350 000 offres non pour- vues. Sandrine Foulon et Vincent Grimault

http://www.alternatives-economiques.fr/page.php?controller=article&action=html&id_article=69300&id_parution=633

_________________
L'élégance du Temps est celle qui démêle les structures de l'Espace qui ont masqué l'Amour à lui même (James des WINGMAKERS)

http://mysthyc.hautetfort.com/archive/2007/05/29/sciences-occultees.html

OYABIO
Admin

Messages : 1805
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : SA VOIE

Voir le profil de l'utilisateur http://rvlations.forum-actif.info

Revenir en haut Aller en bas

Re: CHOMEURS les Fables à leur sujet

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 14:45


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum